Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Satsujin Sukizo le Ven 26 Sep 2008, 6:51 pm

Un rayon de soleil filtra à travers les lourds rideaux de la fenêtre, dardant son œil aveuglant sur le visage endormit de l’homme, un visage calme pour une rare fois, un visage qui pouvait presque paraitre apaisant. Pourtant, l’expression changea lorsque de minutes en minutes, le rayon se déplaça pour atteindre ses deux yeux, le réveillant brutalement. Grognant et pestant contre ses maudits rideaux, qui pourtant malgré leurs apparence opaque semblait vouloir toujours laisser filtrer un maudit rayon de soleil, il glissa un visage endormi sous ses draps tout aussi noir pour se protéger du soleil, mais ce fut en vain pour se rendormir. Ce maudit soleil l’avait réveillé, et pour de bon. Satsujin se résigna quelques instants à rester sous ses draps chauds, mais bien vite, il les trouva trop chaud, et il sortit de son lit, quittant à regret ses draps dans lequel il aurait pourtant voulu dormir encore un bon moment. Passant une main dans sur son visage encore remplis de sommeil, il lança un regard mauvais sur son rideau, qui, dans le coin droit en haut, avait eu l’audace de laisser passer une de ses coulées d’or. Se dirigeant vers le rideau qu’il tira pour qu’enfin sa chambre soit de nouveau plonger dans le noir le plus total, par simple vengeance, le schizophrène soupira et sortit de sa chambre, ne sachant que faire. Nu comme un vers, il se rendit à sa douche qu’il actionna sans plus tarder afin qu’elle déverse une eau froide, pour ne pas dire glacial. Il se coula sous la chute d’eau, laissant celle-ci lui refroidir tout entier son corps avant de se résigner à se laver, quittant l’état presque léthargique dans lequel il s’était mis. Enfin, il sortit de l’eau, parcourut de longs frissons, s’essuya, puis se dirigea vers sa chambre dans l’intention de s’habiller. Une fois retourné dans sa chambre, il se laissa quelques minutes afin que ses yeux s’habitue à la pénombre, puis il enfila un sous-vêtement noir, un jeans noir pleins de chaine argenté, déchiré aux genoux et effiloché dans le bas, une chemise blanche à manche courte où de fausses tâches d’encre noire avaient été reproduite dans le bas et enfin, une simple cravate mince noire. Frottant ses poignets tatoués, il resta ainsi quelques minutes immobiles, ne sachant trop que faire. Depuis plusieurs jours, il lui semblait s’ennuyer…Il avait poli et aiguisé chaque arme de son placard même si la plupart n’en avait même plus besoin et la plupart du temps dans la journée, il dormait, ou ne faisait rien de spécial. La nuit, il sortait dehors, errait dans les rues sans rien faire de spécial. Quelques fois, il parlait avec Issei ou Ojike, comme on parle avec de vrais personnes, bien que peu aurait compris leurs conversation si ils auraient pu entendre les voix intérieurs de Satsujin.

Issei : * Satsu, Satsu… Tu t’ennuies, n’est-pas ? *

-N’effet…

Issei :*Ne pense-tu pas qu’il est temps de partir à la chasse au démon? *

-Mmm…

Ojike : * Satsu…Tue-les…Il vont te traquer sinon..Te traquer..Te suivre partout…*

Issei : *Et tu sais autant que moi que ce n’est pas eux qui doivent te traquer…Mais le contraire... Sors-donc dehors…*

Et c’est ce qu’il fit. Il sortit donc de sa chambre, fouilla dans son placard pour y sortir une dague dont le manche était incrusté de rubis, mit celle-ci dans la doublure de sa botte et enfila ses bottes qu’il laça avec soin. Ainsi sortit-il de son appartement, prenant soin de barrer sa porte et de fourrer la clé au fond de ses bottes.

Une fois dans la rue, au bas de son appartement, il soupira, plissant les yeux faces au soleil de plomb qui semblait vouloir lui bruler les yeux. Ce n’est que lorsqu’il fut habitué au soleil qu’il commença à marcher à travers les gens qui marchaient eux aussi. Il faut dire qu’il avait choisit un quartier plutôt fréquenté… Longeant le parc Midoriiro qu’il trouva trop fade, il continua un peu jusqu’à apercevoir une fête foraine, tout proche… Satsujin s’arrêta devant l’entré, pensif, observant cet endroit grouillant de monde de toute sorte. C’était…Étrange. Bondé. Bruyant. Pourtant, par une quelconque force de la nature qu’il ne connaitrait jamais, il décida d’y rentrer, payant son entrée avec de l’argent froissé qui trainait dans le fond de sa poche. C’était peut-être de l’argent payé pour rien, mais bon…Surtout que ces temps-ci, la fortune que lui avait légué son supposé père s’appauvrissait et qu’il ne lui restait définitivement plus grand-chose… Il allait peut-être devoir travailler…

Chassant cette idée étrange de sa tête, il pénétra donc dans la fête foraine. L’air était saturé d’une odeur lourde de sucre de toutes sortes, de transpiration, d’asphalte chaud et de métal. Des enfants qui criaient, des hurlements des gens dans les manèges à sensation, le bruit cacophonique de tous les stands d’où sortait plein de bruits électroniques, et pour finir, des centaines et des centaines de voix en bruit de fonds, assourdissant. Plusieurs lui jetait de rapides coups d’œil en coin, trouvant cet homme quelque peu louche. En effet, il est vrai qu’un homme de cet âge, seul, vêtu de blanc et de noir, d’une chemise et d’une cravate, d’une tonne de chaine et de longues bottes pouvaient être quelques peu louches. Mais bon, ils avaient quoi ces gens à le regarder autant ? Agacé, il lança un regard peut-être un peu trop noir à un enfant qui le fixait bêtement, car le dit mioche se mit à pleurer et à s’agripper aux jupes de sa mère. Haussant les épaules suite au regard réprobateur de la dite mère, il se détourna pour s’adosser à un kiosque de tir ou il ne savait quoi exactement. Les gens, tout le monde ici, semblait si naïf… Pourquoi être si heureux à cause de manèges où tu te retrouvais la tête à l’envers, ou encore être si heureux simplement parce qu’ils avaient gagné une peluche ou un autre de ses prix débiles qu’offraient les gens dans les stands ? Qu’est-ce que tu faisais d’abbord avec une peluche ? C’était tellement inutile…

Issei : * Satsujin…Là...Devant toi...Derrière toi...Autour…Des démons…Partout. Ces démons sont faibles...Pour fréquenter des fêtes foraines, être aussi heureux. Ne pense-tu pas ? *

-…

Issei* Il serait facile…Très facile de les tuer. Plusieurs, même…*

-Surement pas devant tout le monde…

Issei :*Pourquoi pas…?*

-Prison, sale con. C’est pas là que

*’vais pouvoir tuer*

Issei :*Tu n’as qu’a faire en sorte que personne ne te voit…Des démons..Partout..Du sang...*

Alors qu’il allait répondre, il remarqua qu’une jeune fille[Toi, en l'occurence ._. ]se tenait tout proche de lui, semblant l’observer.

Ojike :*Elle t’observe…T’espionne.*

-Quoi? Dit-il brusquement, d'une voix emplis de violence.
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Invité le Ven 26 Sep 2008, 8:31 pm

La nuit dernière, son oncle était revenu avec un large sourire au lèvres, Rin ayant préparer le souper fut surprise de son attitude, puisque ce vieillard semblait toujours endormit et ennuyer de tout, comme s'il attendait la mort pour partir. Il dit alors a son cousin et elle qu'il avait une surprise pour eux, sortant deux tickets de sa poche, leur ayant payer chacun une entrée a la fête foraine. Rin n'y avait jamais été encore, elle lança un regard a son cousin qui acceptait le cadeaux pour les deux, rassurant son père qu'il garderait un œil sur elle. Car une si jolie fille pouvait être en danger si rapidement, Rin ne parla pas, elle fit un signe de remerciement et se coucha le soir en sachant que demain elle serait prise avec ce cousin qu'elle commençait a détester.

Puis lorsque elle termina l'école, son cousin l'attendait a l'entrée de son école, Rin n'avait pas d'ami, mais cela la gênait de voir que tout le monde verrait ce garçon plus âgé l'attendre a l'édifice. Elle alla le rejoindre rapidement pour qu'ils partent, il ne la laissa pas faire d'arrêt a la maison, l'emmenant immédiatement là-bas. Elle se retrouva donc a cette fête foraine rapidement, suivant le jeune homme plus âgé qu'elle, il était gentil avec elle et elle commença a croire qu'elle avait rêver tout ce qu'il lui avait fait. Puis son cousin lui dit de l'attendre au petit restaurant, qu'il reviendrait la prendre, elle ne comprit pas ce qu'il avait à faire, mais elle s'en fichait. Elle regardait les gens qui semblait tant s'amuser, les enfants riait, les parent semblait plus jeunes. Elle eu une petite pensée vers les siens, comment aurait-il agis ici avec elle? Aimant et rieur sans doute. Puis son spectacle de bonheur fut soudainement obscurcit. Un homme seul s'arrêta de marcher, fixant les gens comme s'il cherchait quelque chose, il piqua sa curiosité, elle le regardait, il avait des traits dure, des cheveux noir, habiller tout de noir. Les yeux glacial de la fillette le fixait, trouvant qu'il avait tout de même un certains charme, comme un prince de la noirceur. Puis il réagit bizarrement, comme s'il parlait seul, car elle ne voyait aucun écoute dans l'oreille pour les cellulaire, mais elle avait peut-être mal vue. Il se tourna vers elle, leurs regard se croissant, elle en fut déstabiliser, son regard semblait tellement remplit de haine. Il s'approcha d'elle et elle sentie son cœur battre, pourquoi venait-il ici. Il allait lui faire du mal, ce regard n'était pas rassurant, il était dangereux et elle seule. Elle se tourna rapidement et se mise a courir, elle devait fuir, il la tuerait devant tout ses gens. Il avait le visage d'un meurtrier, elle espérait seulement qu'il avait lâcher prise pour trouver une autre proie, continuant de fuir a toute jambe, asseyant de ne pas rentrer dans les gens. Elle se retrouva derrière un manège, là où personnes n'allait a par les travailleurs du site, respirant pour reprendre son souffle. Elle avait eu si peur, son coeur semblait reprendre son battement habituelle, mais soudain elle sentie une main contre son épaule l'agripper, si seulement cette main pouvait être celle de son cousin qu'il l'avait vue et rattraper, elle prit un moment a se tourner ayant peur de ce qu'elle verrait, puis elle se tourna, apercevant l'homme en noir. Ses yeux toujours absent, démontrait la peur, il était beaucoup plus grand qu'elle, plus costaud, que lui voulait-il, elle n'était qu'une simple collégienne.

"Aaahhhhh!!!"

Voyant le visage de l'homme changer, elle arrêta de crier, car après tout, tout le monde criait ici, personne ne l'entendrait crier a l'aide. C'était si remplit de gens et pourtant elle se rendit comte que si elle se faisait tuer ici, personne ne le remarquerait, car la peur était le plus grand sentiment ressentis ici dans ses gros manèges, les gens hurlait lorsqu'il sentait leurs corps tomber subitement. Ses bras ramener a sa poitrine elle recula de quelque pas, qu'allait-il lui faire maintenant qu'il l'avait trouver, la violer? la battre? ou simplement la tuer.

"Je ferais tout ce que vous voulez, mais ne me tuer pas!"

Elle se retrouva rapidement coller contre la clôture qui entourait le site afin que les gens rentre par l'entrée et paye et n'essaie pas de passer dans la place gratuitement. Elle entendait le battement de son cœur, tant il battait rapidement. Elle regarda le prince noir qui était devant elle, son visage avait de drôle de réaction, comme si plusieurs voix lui parlait et qu'il les écoutait parfois en accord ou non. Elle baissa la tête commençant a détacher son veston et sa blouse, il voudrait sans doute la violer s'il l'avait suivit, les hommes était tous des dingue du sexe. Il serait peut-être moins doux que son cousin, mais elle s'en fichait, elle ne voulait pas d'histoire, la blouse ouverte démontrant son soutiens gorge, elle resta la tête base attendant qu'il prenne ce qu'il désire. Un autre homme allait salir son corps, la prendre comme il désirait.

"..."

Elle attendait sagement que l'homme commence afin que tout se termine rapidement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Satsujin Sukizo le Sam 27 Sep 2008, 7:38 pm

La jeune fille semblait l’observer depuis un moment où il ne savait trop, mais toujours est-il que lorsqu’il fit un pas vers la jeune fille, celle-ci s’affola, se retourna et partit à la course. Haussant un sourcil, Satsujin resta un cours moment immobile. Était-ce un démon? Il n’avait pas remarqué ses yeux, mais pourtant, il lui avait semblé voir un éclair bleu dans ses yeux. Peut-être n’était-ce qu’un reflet du soleil…Ou bien un jeu de lumière… Mais…Non! Pourquoi ce serait-elle enfui sinon? Il faisait si peur que cela ? Ou bien…C’était une démone, elle le savait, et elle voulait sauver sa peau. Il secoua la tête rapidement, puis se mit à courir à sa suite, l’apercevant au loin qui tournait derrière un manège. Elle était partie loin, cette mioche…

Issei :* Le seul moyen de le savoir… Rejoins-la. Et si…Derrière un manège, elle sera facile à tuer…*
Lui :* Ses cris se perdront dans le reste de la fête…*

-HÉ OH! Tu peux pas faire attention deux secondes??

Il ne fit pas plus attention à l’homme qu’il venait de bousculer plutôt violement, continuant sa course jusqu’à s’arrêté aux abord du manège qu’il contourna lentement, d’un pas calme , presque silencieux. Le manège faisait un bruit d’enfer. Levant la tête tout en marchant vers la démone, il observa le manège, qui constituait en fait un monstre de métal et de cris, où les gens se retrouvaient la moitié du temps la tête à l’envers, balloté d’un sens ou de l’autre, leurs cœur dans la gorge. Frissonnant à l’idée de ce manège inutile qui devait regorger de démons, il arracha ses yeux à sa contemplation et s’arrêta lorsqu’il vit la jeune fille le long de la clôture qui séparait la fête foraine de la rue. Lentement, à pas calculé, il s’approcha de la collégienne, puis posa sa main sur son épaule, avec fermeté. Derrière lui se trouvait une grosse machine qui faisait fonctionné le manège, et devant lui, le derrière d’un stand. À sa gauche, la clôture. Il avait des avantages… Si ce serait un démon, il pourrait rapidement la tuer, un coup de sa dague dans la gorge, et elle périrait. Avec un peu de chance, elle n’aurait pas le temps de crier…Oh! Peut-être qu’il pourrait s’amuser un peu avec avant de la tuer définitivement…Faire durer la souffrance?…Enfin…

Lorsqu’il posa sa main sur l’épaule frêle de la jeune fille, celle-ci lâcha un grand cri. Le corps tout entier de Satsujin se crispa, et il resserra sa prise, l’air de dire : Ta gueule sale conne! Son visage, au trait déjà endurcit, semblait se consumer d’une haine impensable. Alors qu’il relâchait sa prise, celle-ci calla ses bras contre sa poitrine et recula de plusieurs pas jusqu’à ce que son dos buttent contre le derrière du stand.


"Je ferais tout ce que vous voulez, mais ne me tuer pas!"

À cette phrase, il leva brusquement les yeux vers les pupilles de la jeune fille. Celles-ci…n’étaient tout simplement pas bleues. Ce n’était pas un démon. Reculant à son tour, il ferma les yeux un moment, soupirant longuement. Son visage se détendit quelques peu, toutefois il ne faut pas croire qu’il devint serin, ou que ce soit d’autre. Il avait toujours cette bonne vieille expression renfrogné, distant, horriblement froid et sombre. Lorsqu’il ré-ouvrit les yeux, la jeune fille…avait ouvert son veston et sa blouse. Ses yeux changèrent alors, s’ouvrant gros comme des soucoupes, fixant la poitrine, l’instant de quelques secondes, puis il détourna les yeux, l’air horriblement mal à l’aise, ce qu’il était d’ailleurs. Mais elle faisait quoi cette mioche à lui montrer son soutif ?? Les yeux rivés à sa gauche, loin de la jeune fille, ses yeux toujours aussi gros sous la surprise. Nah mais elle s’imaginait quoi cette gosse ? C’était quoi son problème? Crise d’hormone ? Nah…Mais..Ca se faisait pas de montrer son soutif’ comme ca! Et lui, là dedans, il faisait quoi… ? Devant lui se tenait une collégienne à la poitrine plutôt remplis qui la lui montrait ouvertement… C’était…Bah somme toute étrange tiens! Il était avant tout un homme, et même si il ne le voulait pas, c’était pas cette vision qui allait le refroidir. On va être tous franc l’un envers l’autre : Satsu, ca faisait un bout qu’il n’avait pas vu de poitrine, et à part l’ange, personne ne le lui avait montré comme ca… Satsu, il n’avait pas accès à Internet. Donc le Satsu, il trouvait ca…déstabilisant, là.

-FUCK ! Mais tu fais quoi là !?!
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Invité le Dim 28 Sep 2008, 4:59 am

Rin fixait le sol, elle ne voulait pas voir cet étranger la regarder avec perversité, non elle ne pouvait pas l'endurer. Puis elle attendit, et attendit et après un certains moment, la voix forte de l'homme, puissante même parla, la faisant sursauté, elle le regarda, les joue humide, il lui demandait ce qu'elle faisait? Mais pourquoi demandait-il cela? Rin ne comprenait plus rien, voyant l'embarras de l'homme, elle ne savait plus qui était la victime dans cette situation, elle le regarda étrangement. S'il ne voulait pas la violer, pourquoi l'avait-il suivit? Pourquoi l'avoir regarder ainsi?

"Mais... vous, enfin je croyais que vous vouliez..."

Elle rougit aussitôt, un peu embêter, elle avait l'air d'une vrai dingue, ou bien d'une chatte en chaleur a ce montrer ainsi.

"Mais si ce n'était pas pour ça, pourquoi m'avoir pourchasser? Je ne vous connais même pas, et je ne vous ai rien fait a ce que je sache."

Son regard devint alors plus froid, le fusillant du regard.

"Vous croyez que c'est une chose a faire a une jeune adolescente? Avec tous ce qu'on entend, les jeune fille kidnapper, violer ou même tuer!"

Elle referma sa blouse encore détacher contre elle, la retenant avec sa mains fermement. Quel idiot, il faisait peur, agissait comme un dangereux personnages et finalement il ne faisait rien, pourquoi l'avait-il suivit, il était bien étrange.

"Pauvre crétin!"

Elle le dévisagea et d'un pas décider passa a ses côtés afin de quitter l'endroit, tant pis, elle irait dans une toilette se rattacher le tout. Elle n'allait pas rester avec un inconnue plus longtemps.

"La prochaine fois, monsieur le gothick, arrête d'effrayer les gens avec tes grand airs et ne suit jamais les jeune fille! Je vais avertir la sécurité, alors tu ferais mieux de quitter les lieux idiots!"

Elle qui ne parlait jamais, elle fut elle même surprise de lui crier autant dessus, c'était peut-être parce qu'elle ne le connaissait pas que cela semblait si facile. Elle avait sortie de sa cachette et commença a avancer dans la foule, elle devrait retrouver son cousin. Elle n'avait pas l'intention d'aller avertir qui que ce soit, mais avant qu'il ne s'attaque a quelqu'un d'autre, aussi bien lui faire peur afin qui déguerpisse.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Satsujin Sukizo le Dim 28 Sep 2008, 7:01 pm

Se retournant alors pour s’adosser contre le derrière du stand, la tête dans les bras, il murmura lentement :

-Les gens sont fous. Tous des fous. Les gens sont fous…Vraiment fous.

"Mais... vous, enfin je croyais que vous vouliez..."

À cette phrase, il recula lentement, et se retourna, plongea son regard dans celui de la jeune fille. Qu’est-ce qu’elle croyait, d’abord, cette mioche ? Qu’il allait la violer, peut-être ? Il ne voyait pas le but de forcer quelqu’un à baiser… C’était simplement insensé, débile, impensable, bref, tout ce que vous voudrez. Lorsqu’elle lui parla de kidnapping, il éclata de rire. Un rire qui donnait de grands frissons dans le dos, un rire qui faisait peur, un rire tout simplement étrange…Louche. La jeune fille, qui avait refermé sa blouse seulement avec sa main, s’en retourna et alla pour partir, clamant qu’elle allait avertir la sécurité, le traitant de crétin et l’appelant… « Mr le Gotique ».Non.Mais.Pour.Qui.Elle.Se.Prenait.Cette.Pute? Il sentit la rage monter en lui comme un remonté de lave. Son visage devint empreint, plus que jamais, de haine immense. Sans attendre un seul instant, il se pencha, fouilla dans sa botte pour en sortir sa dague qu’il glissa entre sa peau et sa ceinture. Par la suite, le plus vite que lui permit ses jambes, il rattrapa la jeune fille avant qu’elle n’ait trop loin et qu’elle se jette dans la foule de monde, où il ne pourrait pas vraiment la faire reculer. Enfin, elle fut proche de lui. Il apposa brutalement sa main sur son épaule, la referma avec peut-être un trop de vigueur, et fit glisser son bras sur son ventre afin d’avoir une bonne prise sur elle. La main sur son épaule glissa sur sa bouche afin qu’elle se taise, et il ramena son corps frêle contre elle, et recula lentement, sans un mot. Sa main sur le ventre de la jeune fille serait réellement forte, à un tel point qu’il percevait vaguement les battements de son cœur. Un homme, au loin, avait semblé l’apercevoir, mais tant pis. Il s’était de suite occupé de sa petite famille.

Enfin, lorsqu’il fut de retour derrière la machine, il la plaqua dos contre la clôture, les deux mains de chaque côté de ses épaules, trop proche pour qu’elle puisse s’enfuir, du moins il en était sur. Son regard semblait se consumer d’une violence et d’une haine immense tandis que ses bras tremblaient de rage.

*Issei...J’vais la détruire cette petite conne…*

Issei : * Fait ce que tu veux, Satsu. Défoule-toi…Suis-ton envie…Ne te souviens-tu pas…comme c’est enivrant de tuer? Cela fait…Si longtemps. *

Instinctivement, il baissa rapidement son bras, prit sa dague entre ses doigts avec le manche et remit sa main contre la clôture, emprisonnant une nouvelle fois la mioche effrontée.

-Qui t’a dit, petite pute, que je n’allais pas…Te tuer? Ou te kidnapper, tiens! Ca pourrait être vachement marrant…

Il plaqua sa main gauche juste en bas de sa gorge, avant la naissance de sa poitrine, qui, d’ailleurs, remarqua-t-il était encore toute dévoilé par la blouse ouverte. Détournant les yeux rapidement, car cela le mettait malgré tout mal à l’aise, il tint la jeune fille en appuyant fortement [il a sa main du genre au niveau des clavicules]. La main qui tenait la dague fut enfin libre, et il posa le plat de sa lame froide contre sa gorge, juste là où palpitait la jugulaire.

-Te crois-tu si forte…Ou bien es-tu simplement idiote?
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Invité le Lun 29 Sep 2008, 12:43 am

Alors qu'elle partait, ce croyant enfin libre de cet idiot qui lui avait offert plus de peur que de mal.Marchant rapidement, prête a retrouver son cousin, elle sentie une main l'agripper, puis avant qu'elle ne puisse réagir ou crier, une main lui enveloppait le visage, la ramenant contre un corps immense. Cet idiot avait décider de ce bouger? La ramenant derrière cet immense manège a nouveau, elle se sentie brusquer contre la clôture, le métal bougeant légèrement sous un bruit métallique. Rin ferma les yeux sous l'impact pour les réouvrir, la main contre sa bouche l'empêchait de hurler, prise au piège a nouveau, sa blouse totalement ouverte démontrant bien sa poitrine sous son soutiens-gorge. Elle regarda l'homme, ses yeux surpris, semblait moins effrayer, et agacé. Puis il la traita de pute, lui disant des qu'il pourrait bien le faire, finalement il était réellement dangereux cet homme. Elle regarda alors sa main aller a son pantalon, elle vit alors quelque chose briller dans la noirceur, il venait de sortir une lame, il voulait la tuer? une main la retenant prêt de la gorge, il était si puissant qu'elle n'arrivait pas a crier, ni même de respirer. Qu'avait-il en tête cet imbécile, la couper? La tuer ou pire, la torturer. Puis sans s'en apercevoir, elle senti quelque chose de froid sur elle, cette lame ou était-elle? Était-ce réellement cette sensation dure et froide sur sa gorge, la lame y était réellement. L'air se faisait plus rare, ses poumons aspirait plus fort. Elle tomba alors, son corps devenant sans force, elle venait de s'évanouir, causant une légère coupure sur sa gorge, peu profonde. Son corps inerte alla dans les bras de l'homme, il pouvait a présent sentir très bien la rondeur de ses seins contre lui. Elle n'était pas morte, seulement inconsciente.

Lorsqu'elle reprit conscience, peut-être cinq minute avait passer, l'air revenait, elle remarqua qu'elle était dans les bras de l'homme et se recula brusquement, malgré tout sa poigne ne la lâcha pas. Elle essaya donc de prendre sa chance pour s'échapper, se débattre, elle devait fuir, trouver une ouverture pour le faire. Elle commença a s'agiter dans tout les sens, mais l'homme ne la lâchait pas.

"Lâche moi crétin!"

Puis brusquement elle releva son genoux et lui donna un bon coups entre les deux jambes, ne l'ayant pas raté. Elle sentie sa poigne la lâcher, alors que l'homme lâchait un certains grognement de mécontentement, il s'effondra malgré tout, comme chaque homme après un coups a cet endroit. Sa coupure saignait légèrement, sans attendre elle se mise a courir, malheureusement une main lui agrippa la cheville, la faisant trébucher contre le sol, laissant une plainte sortir lorsqu'elle heurta le sol dure avec ses bras et ses genoux. étant seulement en jupe courte, étant donner qu'elle portait l'uniforme de l'école, des larmes coulait sur ses joues par la douleurs qu'elle ressentait. La main de l'homme la retenait comme un aigle avec sa proie, elle ressemblait a une pauvre souris entre les griffes d'un chat. Elle se retourna sur le dos, l'homme pouvait bien voir sous sa jupe, mais elle s'en fichait, s'enfuir était le plus important. Ses jambes commença a s'agiter, essayant d'assener de coups l'agresseur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Satsujin Sukizo le Mar 30 Sep 2008, 2:37 am

Satsujin n’avait pas trop encore d’idée de ce qu’il allait faire d’elle. Allait-il la tuer, ou bien, la laisser aller ? Le kidnapping lui avait offert une certaine voix, seulement, il serait encombré plus qu’autre chose. Cependant, les parents de cette fille avait-il beaucoup d’argent ? Son compte était à sec, et une petite prime ne serait pas mal vu…Toutefois…Non, il ne ferait pas ça. Cette mioche serait encombrante, lourde et chiante. Il faudrait qu’il s’occupe d’elle, veille à ce qu’elle ne s’enfuit pas…Puis, par la suite, la police le rechercherait. Il aurait encoorreee des problèmes, et il irait peut-être en prison. Ca serait chiant…Vraiment chiant. Même si il risquerait d’avoir de l’argent, il n’était pas tombé fou au point de se faire chier tellement qu’il kidnappe quelqu’un. Et puis, cette mioche, elle avait l’air vraiment conne. Qu’est-ce qu’elle ferait encore avec son corps pour qu’il le laisse partir ? Lui et ses pulsions d’homme, ce n’était pas une bonne idée. Définitivement trop de point négatif, définitivement.

Alors qu’il était plongé dans ses pensées, il n’avait même pas remarqué que la fille n’arrivait pas à respirer, et que par la même occasion, elle venait tout juste de tomber sans connaissance, tombant dans ses bras. Lâchant un grognement surpris, il fit un énooorrmmeee grimace lorsqu’il remarqua la forme de ses seins contre sa poitrine.


*Satsu, relaxe, pense à rien, Satsu, relaxe. Penssee à rien*

Tiens, elle saignait du cou? Il lui avait fait une entaille avec sa dague quand elle était tombée…Marrant. Il soupira, reculant la jeune fille pour l’adosser du mieux qu’il le pouvait contre la clôture, la tenant debout, telle une poupée de chiffon, ses deux mains plaqués sur ses épaules afin qu’elle tienne un minimum. Elle était vraiment lourde… Dans les deux sens. Figuré, et propre. Qu’est-ce qui lui prenait de perdre connaissance ? Devait-il s’enfuir tout de suite…? Non, c’était quoi cette idée de merde ? De toute manière, si il partait, elle risquerait de le dénoncer…En fait, elle risque de le dénoncer, peut importe la fin de la situation, à moins qu’il l’achève. Donc, peut importe, cette histoire allait finir mal. Mais à la fin, qu’est ce qui lui avait prit ?! Ce n’était même pas une démone…Il perdait son temps. Radicalement. En ce moment, il pourrait être entrain de traquer de vrai démon, et plus tard, il aurait put être entrain de s’amuser à tuer quelqu’un, enfin, depuis tout ce temps où il en rêvait. Alors que maintenant, il se tuait avec une jeune collégienne en chaleur qui ne lui donnait rien, au final.

Enfin, il perçut du mouvement dans ce corps inerte. Lentement, elle se réveilla…Puis essaya de reculer vivement. Puis, elle se débattit dans tous les sens, distribuant coup et gigotement de corps, faisant voler sa blouse ouverte en grand à droite et à gauche, sans considération pour le pauvre homme qu’il était. Il eut un peu de mal à la garder sur place, mais y arrivait tant bien que mal : en lui tenait les épaules, les hanches. Il eut même à lui donner une grande baffe sur la joue, mais rien n’y fit. Elle le traita de crétin, puis fit le geste fatal : Un grand coup, trop puissant pour la jeune fille, entre les deux jambes. Malgré lui, ne pouvant se contrôlant, il lâchant un grand grognement retenu de douleur et s’effondra à genoux sur le sol, les deux mains aux dit endroit. La pute, la pute! Elle ne l’avait vraiment pas manqué hum! Ah et merde ! Il ne fallait pas qu’elle s’enfuit! Tout en proie à la douleur, il se retourna vivement et lui attrapa la cheville à la dernière seconde, alors qu’elle allait prendre fuite pour de bon. Elle chuta lourdement sur le sol, s’égratignant plusieurs parties du corps, tel ses jambes à cause de sa jupe trop courte ou ses bras.

Un petit rire vainqueur sortit de sa bouche entrouverte. Elle se débattait encore, encore et encore. Elle n’en avait pas marre? Elle se retourna sur le dos, ses jambes commençant à s’agiter, dévoilant grandement sa petite culotte. L’espace de quelques secondes, il détourna les yeux, se mordillant la lèvre, en proie à un malaise. Mais bordel! Le soutif, et maintenant la petite culotte? Il allait la voir nu, aussi, peut-être? C’était quoi, cette blague ? C’était débile, mais débile, vraiment débile. Cependant, lorsqu’il reçu un coup en plein sur le menton, il reprit attention, son visage brulant de rage. La douleur de son entrejambe se faisait encore sentir, mais il passa outre mesure et s’avança jusqu’à ce que ses genoux soi à la hauteur de ceux de la jeune fille, ayant évité mainte et mainte coup à l’endroit qu’elle avait fragilisé. Plaquant ses mains sur ses bras dans un poigne dont il ne doutait pas la force, il lui plaqua au sol, avançant ses genoux à la hauteur de ses hanches pour prévenir toute tentative de fuite.


-Okay. Tu va m’écouter sagement, tranquillement, tu m’entends ? C’est pas parce que j’ai devant moi tes euh…Attraits, que j’vais te laisser partir ? T’es vraiment conne. Personne t’as jamais appris que quand quelqu’un t’attaque tu lui fiches la paix et tu le laisse faire?

Sa voix était dure, froide, remplis de haine. À la dernière phrase, il laissa partir un petit rire étrange, puis plongea ses yeux dans les siens.

Issei : * Qu’est-ce que tu va faire d’elle, maintenant, hum ?*

-J’sais pas. J’verrais.

-Tu me sers à rien, compris ? Même pas un démon, bien qu’il manque…yeux. Et c’est tout. Arrête d’essayer de t’enfuir, ou ca va finir plus mal que prévu.

Elle était où sa dague déjà ? Il retourna ses yeux, et la vit, un peu plus loin, gisant au sol. Hum…Il devrait la récupérer. Du sang perlait dessus…Juste quelques gouttes.

-HEY LES AMOUREUX! C’EST PAS UN ENDROIT POUR LE PUBLIC, LES TOURTERAUX!

Le sang dans les veines de Satsujin se glaça d’un coup. Immobile, on n’entendait plus que sa respiration. Un employé, qui venait vérifier la machine comme à son habitude, les avait aperçus. Heureusement, il les avait pris pour des amoureux, peut-être à cause de sa position et de la chemise ouverte de la jeune fille… Et encore plus heureusement, il n’avait pas aperçu la dague.

-Écoute.Moi.Bien, siffla-t-il entre ses dents. Tiens toi tranquille, et joue le jeu , compris ? Si t’es gentille, t’auras rien. Sinon, t’inquiète, je t'achève, devant le mec ou pas. Okay ?


Se relevant lentement, il fit un signe de tête au travailleur, puis leva sans plus de manière la jeune fille en la tirant du bras.

-Soit donc…Compréhensive. Attache ta blouse ._. À moins que tu veuilles te promener comme ca…

Du bout du pied, il tira sur sa dague le plus lentement possible pendant que la jeune fille, il le supposait, bien qu’il n’eut pas regardé, attachait sa blouse, puis il la fit lever d’un geste du pied, et alors que l’employeur ne regardait pas, il la prit et la glissa dans sa botte rapidement avant de se relever. Il plongea ses yeux dans ceux de la jeune fille, et dit, un peu trop fort :

-Tu viens ? On va…Ailleurs.
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Invité le Mar 30 Sep 2008, 3:11 am

Il avait réussit a l'attraper, alors qu'elle continuait a se débattre, pas question de mourir dans des conditions minable, tuer par un minable, ça non, elle avait encore un peu de dignité, même si tout le monde semblait se ficher d'elle, la prenant pour l'idiote capable de tout prendre, le mal et le bon sans se plaindre. Elle était maintenant sur le dos, l'homme lui retenant les poignet, étant assit sur elle, la retenant prisonnière, au moins elle pouvait être sur de l'avoir blesser, il ne devait pas être habituer a une telle résistance. Puis il lui lança une phrase vraiment idiote, lui disant qu'elle était idiote, comme si quelqu'un d'intelligent allait lui dire de se laisser attaquer par un inconnu, mais d'une certaine manière, elle se faisait attaquer a tout les jours par son cousin et n'en parlait pas, le laissant faire ce qu'il voulait avec son corps. Elle était un peu diiote sur cela, mais elle avait si peur que son oncle la déteste et la mette a la rue, car son cousin était le seul fils de son oncle. Un fils valait mieux qu'une fille ici, pourquoi parler alors.

Elle regarda l'homme par dessus elle, il semblait chuchoter par moment, mais à qui parlait-il? Elle ne comprenait plus vraiment ce qui se passait. puis il lui hurla une chose incompréhensible, parlant de démon,. qu'elle ne lui servait a rien, il parla de yeux, mais elle ne comprit rien du tout. Il était cinglé ou quoi? Était-il quelqu'un qui venait de s'évader de l'asile ou quoi? Qu'elle malchance d'avoir tomber sur un fou pareil. Puis il lui rappela d'arrêter de ce débattre sinon cela allait se terminer plus mal que cela l'aurait pu. Mais elle ne croyait pas ses mot, il avait l'intention de la tuer, elle allait parler, il ne la laissera jamais tranquille. Puis une voix la fit sursauter, un garçon leur ordonnant d'aller ailleurs, que ce n'était pas la place pour faire de telle chose, car il crut a un couple, alors qu'elle saignait du cou, ses genoux en sang, quel imbécile cet employer. Puis le prince des ténèbres lu parla tout bas, lui ordonnant de bien ce conduire, de jouer la comédie sinon il la tuerait devant l'employer, puis il lui promettait que tout allait bien se terminer si elle faisait la gentille fille.

Il se retira de sur elle enfin, l'aidant a se relever, lui mettant tout le blâme sur elle, lui rappelant d'être compréhensible et de rattacher sa blouse. Elle passait pour une idiote devant l'employer, mais s'en fichait, les larmes aux yeux, elle se releva, retirant la prise qu'il avait sur elle et partie en rattachant sa blouse rapidement, marchant d'un pas rapide, l'homme avait récupérer sa dague et lui disait qu'ils iraient ailleurs. Une fois loin des yeux de l'employer, Rin regarda la proximité de l'homme, devait-elle s'enfuir, mais avec ses genoux elle avait peine a marcher, il la rattraperait sans aucun doute. Elle ne pouvait pas espérer s'enfuir, elle fixait le sol sans s'arrêter de marcher, espérant qu'il stoppe sa marche et la laisse continuer seule, il avait promit que tout allait bien se terminer, elle aurait pu crier a l'aide devant l'employer, il aurait alerter la police. Non au lieux elle avait fait attention a ce que l'homme ne voit pas ses blessure, ce tournant dos a l'employer, marchant dans le sens opposée. Malgré tout elle n'était toujours pas dans la foule en ce moment, c'était encore dangereux et ses genoux lui brulait a chaque pas. Après tout, ils saignait, elle posa une main a sa gorge, voulant stopper le saignement, puis elle s'arrêta de marcher, se laissant tomber par-terre, laissant l'homme surprit.

"J'en ai marre, qu'est-ce que tu me veux à la fin, pourquoi?!...pourquoi?"

Elle releva la tête vers lui, elle avait si mal au genoux, au main, a la gorge, puis elle c'était tellement débattue qu'elle ne sentait plus de force dans ses membre.

"J'ai fait ce que tu voulais, maintenant laisse moi tranquille, vas-t'en... Je te suis inutile tu l'as dit, je ne sais pas ce que tu veux, mais va voir ailleurs."

Elle se releva avec peine, laissant une grimace sous ses genoux, elle regarda l'homme, après tout elle ne savait pas pourquoi il l'avait attaquer, il l'avait couper, l'avait maintenue prisonnière.

"C'est de l'argent que tu veux? Tiens prend tout!"

Elle sortie les quelques billets de son portefeuille et lui lança au visage sans douceur.

"Je n'ai pas plus a t'offrir et même me kidnapper ne te donnerais rien, mon oncle n'a pas un sous pour moi!"

Elle tourna alors les talons, prête a quitter, il avait de l'argent, il aurait pu la violer, il ne l'avait pas fait, il avait pu la tuer ça non plus il ne l'avait pas fait alors il était un voleur. Elle lui avait donné le peu qu'elle avait, il n'avait plus de raison de la garder, elle commençait a marcher, allant vers la foule. Tout le monde allait la remarquer avec ses genoux en sang, son cou et sa blouse tâcher de sang, ses cheveux en bataille. Elle devait retrouver son cousin rapidement, puis elle irait a la police, cet homme était trop dangereux pour ne pas parler. Puis elle l'avait bien assez vue pour donner une bonne description, peut-être qu'il avait un dossier avec une photo, elle pourrait le montrer du doigt et il serait rattraper et enfermer.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sucres, bruits et démons.[ PV Rin Kamiya]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum