L'ange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'ange

Message  Satsujin Sukizo le Mer 30 Jan 2008, 4:02 am

Satsujin c'était réveillé aux alentours de dix heures, agressé par un rayon de soleil qui avait trouvé un petit trou de quelques centimètres dans le lourd rideau devant la fenêtre. Incapable de se ré-endormir, il avait été obligé de se lever. Après avoir avalé une boisson vitaminée rapidement, il s'était décidé de sortir. Oui, sortir en plein jour, vous avez bien lut. Rare, très rare sont les jours où Sukizo sort en plein jour. Il y a bien des raisons sur le fait qu'il reste souvent chez lui ; l'une d'elle est qu'il se prend trop d'envie de meurtre. Il voit bien des démons au dehors, et il a une envie folle de tous les tuer. Mais, comme il ne veut pas rester enfermé en prison pour une dizaine d'année, il se doit de ne pas tuer sous les yeux d'une tonne de témoin. Mais ce jour là, il avait envie de sortir, aussi étrange que cela puisse paraître. Pourquoi? Tout simplement parce que, voilà tout. Il ne savait pas pourquoi, tout ce qu'il savait, c'est qu'il avait envie de sortir dehors, sous se soleil qui paraissait doux et chaud.

C'est ainsi qu'il s'habilla rapidement. Il enfila un jeans noirs possédant plusieurs poche sur l’avant, un chandail rouge foncé presque noir, sur lequel, sur le torse, s'alignait trois petit panda plutôt mignon. [ Icii ] Il enfila négligemment dans son cou une cravate noire, puis mit une veste noir légèrement moulante, mais pas pour autant féminine. Des écritures blanches s’étalaient sur son dos et sur ses manches. Aussi légèrement habillé pour une journée froide d'hiver, il enfila ses longues bottes noires, pied nu, les laça rapidement puis sortit dehors, prenant soin de barrer son appartement et de mettre la clé dans une de ses poches.


Cela faisait un bon moment qu'il était sortit à la lumière du soleil En posant le pied à l'extérieur, ses yeux furent pris d'une vive douleur un moment avant de s'habituer à la lumière vive. Ne faisant pas du tout attention aux autres personnes qui marchaient dehors, en bousculant même quelque un, Satsujin marchait sans réel but. Il n'osait pas lever les yeux en direction des visages : Surement y avait-il des démons de tous côtés. S'il prenait le temps de regarder, il trouverait des démons et n'aurait qu'une envie: les tuer.

Il marcha ainsi un moment avant d'arriver devant le parc. Levant la tête, il remarqua qu'il y avait très peu de gens. L'endroit idéel, en gros. Pressant le pas, il quitta la rue bondé pour s'enfoncer dans le parc seulement occupé d'une dizaine de personnes. Prenant enfin une pause après sa marche, le schizophrène s'assoit sur un banc. Il ferma les yeux, se délectant de la chaleur du soleil contre sa peau. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas savouré la chaleur du soleil! Il ne pourrait, cependant, le supporter trop longtemps mais à court terme c'était délicieux.

Ce jour-là, le soleil brillait bien haut dans le ciel. Une fine couche de neige recouvrait le parc de manière uniforme. Le soleil faisait briller la neige qui renvoyait mille petits scintillements aux rares passants du parc. Une très belle journée, en gros. Bien qu'il faisait plutôt froid, c'était une journée dont il fallait profiter, d'une manière où d'une autre.

Il ouvrit les yeux, dérangé par il ne savait quoi, une impression d'être regardé. Il tourna la tête, puis se leva d'un coup, instinctivement, surpris. Un enfant, tout jeune encore, à peine 7 ou 8 ans, avait pris place près de lui, le regardant avec des gros yeux enfantins.

- Vous n’avez pas froid, monsieur ? Il ne fait pas très chaud dehors, et z'avez qu'une veste...

-Pas froid. Fiche moi la paix.répondit-il froidement.

Ce jeune garçon l'avait tout simplement dérangé. Sans plus de mot à l'égard du jeune enfant, il se retourna brusquement et s'avança vers la forêt au fond du parc, là où il trouverait assurément la paix. Le peu de personne qu'il croisait ne faisait pas attention à lui, et ca l'arrangeais bien.

Enfin rendu à l'orée de la forêt, Satsujin s'y enfonça profondément. La neige n'était pas très abondante, ainsi n'entravait-elle pas son pas et ainsi il put s'éloigner suffisamment rapidement du parc. Ni trop loin ni trop proche du parc, voilà qu'il était au bon endroit. Au même moment qu'il s'assoyait sur une souche d'arbre mort, il entendit un bruit étouffé, mais distinct. Il tourna la tête vers la source du bruit mais ne vit rien. Intrigué malgré lui, Sukizo se leva et marcha jusque derrière l’arbre, où il fit une découverte horrible qui le figea sur place.

Un corps de femme était étendu sur la neige, dos contre sol, face vers les cieux. De longs cheveux bleu-blanc bouclé en petit boudin serré coulait le long de son corps nu et inerte, affreusement blanc, presque bleuâtre tel ses cheveux. Elle avait un visage fin, magnifiquement beau, et ses yeux étaient fermés dans un éternel visage calme. Sur ses oreilles était accrochée une grosse boucle d'oreille en bois, ronde, et 4 petits anneaux serrés plus haut. Sur une de ses mains trônait une petite bague, fine, surmonté d'une pierre bleue. Une plaie s'ouvrait au niveau de son ventre, dévoilant la chaire rouge, mais sans saigner. Elle portait de très belle forme : poitrine remplis, hanche bien dessiné, cuisses fermes, longues jambes.

-NOOOOOOONNNN!réussit-il enfin à crier.

Se retournant vivement, il courut un moment. Ce n'est qu'après avoir décidé que la distance entre le cadavre [Imaginaire, bien sur, lui seul le voit] et lui était assez grande qu'il s'arrêta. Glissant le long d'un tronc d'arbre et s'assoyant à même le sol, il tremblait de tous ses membres. Il ne put retenir un long sanglot, puis il se mit à pleurer silencieusement, ses larmes tombant sur le sol une à une.

Ce n'est qu'après une dizaine de minutes qu'il s'arrêta enfin, honteux­. Il essuya rageusement ses larmes du revers de la main, puis vérifia sommairement que personne ne se tenait proche, sans pourtant bien faire attention. Il se leva lentement, puis resta accoté à l'arbre, parcourut de tremblement terriblement violent.

*Pourquoi? Pourquoi? Ce n'est pas elle...Je le sais...Elle est dans...*

-Une ruelle...Issei...Pourquoi...Pourquoi..?

Issei: * Tu l’as tué, Sukizo...*

-Non...Pas elle... Je ne tue pas les anges

Issei: * Elle est revenue, Satsujin... Pour te parler...*

-Veux pas... Pas elle...

*Elle est dans la*

-Ruelle...Rien à lui dire...

Issei: * Rien à lui dire ? Oh mais pourtant, mon pauvre, tu aurais bien des choses à lui dire... Surtout à l'ange...Voyons, n'y a-t-il pas quelque chose que tu as oublié de lui dire?*

*Que...Non, rien*

Issei:*Allons, Allons. Avant que tu la tue, tu as oublié de lui dire...?*

-Que je l'aimais...Mais...L'ai pas tué...Non...Pas l'ange...NON!

Il se prit la tête entre les mains, tremblant de plus en plus. Et ce n'était pas à cause du froid...

Issei: * Tu l’as tué... Et hop! Un coup de poignard dans le ventre!*

-NON! Issei, tu m’entends ? L'ai pas tué...

Il laissa tomber ses bras le long de son corps, n'arrêtant pourtant pas de trembler. Il devait avoir l'air complètement fou à parler tout seul et à trembler comme ca... Mais il était seul, personne ne le voyait, où du moins, c'est ce qu'il pensait...Car, trop troublé pour entendre ou y faire attention, une branche craqua bruyamment près de lui...
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Invité le Sam 02 Fév 2008, 12:30 am

Il était dix heures pile lorsque Callie rentra chez elle, jetant son sac en vrac dans l’entrée et en envoyant valdinguer ses chaussures on ne sait où ; dix heures et une minute lorsqu’elle enclencha la machine à expresso (what else ?) ; dix heures et trois minutes lorsqu’elle se cala dans son canapé, une tasse de cappuccino au chocolat entre les mains.
Elle poussa un long soupir de contentement ; aujourd’hui, elle ne travaillait pas et elle venait de laisser Andrew, son fils, chez sa baby-sitter. Elle aimait son fils plus que tout, elle le vénérait même parfois, elle était complètement gaga pour ainsi dire, mais ne pas l’avoir dans les pattes un jour de repos comme celui-ci faisait un bien fou à son organisme ; c’était tellement rare qu’elle ne se préoccupasse ainsi que d’elle-même !
Avalant doucement une chaude gorgée de sa boisson, elle réfléchissait comment est-ce qu’elle allait dépenser son temps libre ce jour-ci. S’il y avait bien une chose qu’elle n’aimait pas, c’était de rester enfermée ; même lorsque la neige recouvrait le sol dehors et lorsqu’il faisait froid. Son regard glissa sur la fenêtre qui laissait filtrer les rayons du soleil ; elle sentait d’ici qu’il devait faire froid, mais rien ne valait une petite promenade au soleil pour se remettre en forme !
Elle se leva, posa sa tasse de café dans l’évier, et enfila un gilet noir simple par-dessus son T-shirt blanc où il était inscrit « je suis maman, on recule SVP ». Puis elle pesta pendant bien cinq minutes, à la recherche de ses converses bleu clair qu’elle avait négligemment balancé on ne sait où en rentrant ; elle poussa un dernier juron d’exaspération en les trouvant planquées entre la bibliothèque et la seule plante verte de l’appartement – dont certaines feuilles avaient été sauvagement arrachées par l’instinct de destruction de son fils. Elle les enfila en sautant à cloche pied sur elle-même, fit rapidement les lacets, et retroussa le bas de son jean qui traînait par terre. Callie Rose attrapa son sac kaki en bandoulière, enfila un long manteau bleu marine [ Iciii comment ça, c’est pour homme ? Et alors ? Callie, elle est majeure, elle fait ce qu’elle veut, quand elle veut <3 ] et sortit de l’appartement.

Lorsqu’elle passa le pas de la porte d’entrée de l’immeuble, la jeune femme eut soudain envie de faire demi-tour, de se faire couler un bon café chaud et de rester emmitouflée dans une couette sur son canapé en regardant un film avec Hunt Grant ; du moins c’était ce que lui donnait envie de faire le froid qui la saisit une fois dehors. Tant pis ; elle avait décidé qu’elle sortirait, elle sortirait !
Elle empoigna l’écharpe multicolore qu’elle avait fourrée au préalable dans une poche de son long manteau et la noua autour de son cou ; puis elle s’avança dans la rue, contemplant le parc qui bordait le trottoir d’en face – quelle merveilleuse idée que d’habiter en face d’un square.

Sans se douter un seul instant que son narrateur la laissait aller au devant d’une dangereuse rencontre – perso, un schizo en pleine crise .____. -, Callie Rose s’avança d’un pas tranquille entre les allées de platanes, l’esprit allègre. Elle déambula ainsi dans le parc, jusqu’à s’asseoir sur un banc, pencher la tête en arrière, et regarder le ciel bleu. C’était vraiment une belle journée ; un fin tapis blanc recouvrait le sol, le soleil brillait dans un ciel azur et le froid en était finalement presque agréable. Oui, vraiment une belle journée.


" C'est une belle journée, je vais me coucher. Une si belle journée qui s'achève donne l'envie d'aimer ; mais je vais me coucher, mordre l'éternité… " se mit-elle à fredonner

Puis elle émit un doux rire, surprenant ainsi à chanter toute seule ; c’était le cas de le dire, elle était seule. Pas la moindre personne dans les parages. Le calme planait sur le parc ; c’était vraiment agréable, et seules les rumeurs des voitures au loin lui parvenaient aux oreilles.
Avisant le petit bois qui bordait le parc, la jeune femme décida qu’elle avait assez lambiné ; un dégourdissement des jambes ne serait pas de trop.
Elle se releva d’un seul mouvement, et longea le bois pour revenir à l’entrée du parc.


-NOOOOOOONNNN!

Callie Rose sursauta puis se figea ; un long frisson descendit du haut de sa nuque jusqu’en bas du dos. Lentement, elle se tourna dans la direction d’où venait le cri, et hésita un instant ; deux secondes plus tard, elle courait en direction du bois.
Elle s’y enfonça bientôt, et lorsqu’elle fut à l’ombre des arbres, elle ralentit largement. Mais qu’était-elle en train de faire exactement ? Si quelqu’un était vraiment en danger, ne se mettait-elle donc pas en danger elle aussi ?
La jeune femme fronça les sourcils ; depuis quand résonnait-elle ainsi ?


* Depuis que tu as un enfant à t’occuper et à choyer, Callie…*

C’était vrai. Mais elle chassa cette petite voix de sa tête : elle ne pouvait pas partir, elle ne pouvait pas laisser la personne qui avait poussé ce cri. Peut-être avait-elle besoin d’aide ; à moins que cela ne soit encore une bande de jeunes qui s’essayaient aux vocalismes…
Elle continuait de marcher, prudemment, faisant le moindre bruit possible. Elle se figea lorsqu’elle entendit une voix toute proche…


-Veux pas... Pas elle...

Le son venait de sur sa droite ; elle tourna la tête.

-Ruelle...Rien à lui dire...

Et c’est là qu’elle le vit. Une forme noire, ou plutôt, non, un homme, qui se tenait là, dix arbres plus loin. Elle ne savait pas si c’était elle ou pas, mais l’inconnu semblait pris de… tremblements incontrôlables. Callie Rose ouvrit de grands yeux lorsqu’elle l’entendit parler de nouveau :

-Que je l'aimais...Mais...L'ai pas tué...Non...Pas l'ange...NON!

Apparition du mot ange ou pas, une alarme se déclancha dans la tête de la jeune femme, comme le gyrophare d’une voiture de pompier – une grosse voiture de pompier, alors, voire un camion. Surtout que, maintenant, l’homme – tout de noir vêtu – se prit la tête entre les mains, le corps secoué de spames de plus en plus violents.

-NON! Issei, tu m’entends ? L'ai pas tué...

Nom d’une couche culotte ! Qu’est-ce que c’était que ça ? Une crise de folie ? D’épilepsie ? Mais, mais…
CRAC.
Le cœur de Callie fit un bond dans sa poitrine ; super, elle venait de marcher sur une branche archi sèche o____________o ! Oh marde, marde…
Elle recula vivement, mais fut encore plus surprise de voir que l’homme ne l’avait pas entendu ; les bras le long du corps qui tremblait encore dangereusement, il semblait comme absent. Devait-elle faire quelque chose ? Il fallait l’aider, ne pas le laisser comme ça… appeler les secours ?
Elle n’arrivait pas à se décider. Attendre encore quelques minutes, pour voir ce qu’il se passait ? Appeler, pas appeler ? Parler au type ?
Finalement, ce fut son portable qui décida pour elle ; traîtreusement, il se mit à sonner. La sonnerie d’un générique de dessin animé que regardait son fils, pour plus de précision. Elle farfouina rapidement dans ses poches, maudissant son téléphone portable. Dès qu’il arrêterait de sonner, elle appellerait les secours.
En fait, elle ne savait pas quoi faire, elle était complètement paniquée.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Satsujin Sukizo le Sam 02 Fév 2008, 3:12 am

Certains disent que Satsujin n'avait pas de cœur, mais loin de là. Car en ce moment, il était réduit en pièce. C'est dans ces moments que le schizophrène savait qu'il avait quelque chose que les autres n'avaient pas. Il se doutait que le corps n'était pas réelle : Le corps de l'ange était dans une ruelle, surement décomposé et pourri. Il ne pouvait pas être ici... Cela faisait si longtemps...Si longtemps... Le souvenir remontait lentement, mais il l'empêchait, essayait de tout ses forces de le repousser. Il ne voulait pas le revoir, savoir la vérité. L'avait-il vraiment tué? Surement le saurait-il bientôt, car le souvenir refaisait surface. Il ne pouvait l'éviter. Un peu comme quand on essai de faire couler un canard en plastique; avec beaucoup de volonté on peut le tenir sous l’eau, mais une pression s'exerce, et lors d'un moment d'inattention, on relâche la prise, le canard glisse et remonte violemment sur l'eau pour glisser doucement. C'était ce qui se produisait avec le souvenir cruel de Satsujin; il avait beau le retenir, un peu d'inattention et il remonterait en surface.

Il était toujours courut de tremblement plus que violent, bêtement debout, immobile, fixant un arbre devant lui. Il ne voulait pas se souvenir. Et puis... Qu'avait-il ? Pourquoi l'ange était apparut devant lui ? Elle était pourtant bien là, il l'a vu de ses propres yeux, elle était réelle... La neige avait écrasé sous son poids, elle était là...Mais comment se fait-il...Comment a-t-elle fait pour atterrir là et rester conserver...? Non, ce n'était pas elle. L'Ange était décomposé dans la ruelle... Elle ne pouvait être là.

*Issei... Pourquoi...Pourquoi...L'Ange n'était pas vraiment là...Non?*

Issei: * Mais l'Ange était là, Satsujin. Tu l'as vu...*

Satsujin recula de quelques pas et alla s'adosser à un arbre. Comment faire pour calmer ses tremblements et retenir le souvenir qui exerçait une forte pression ? Ses tremblements arrêteraient bien tout seul...La vue de l'Ange l'avait à ce point troublé? Il ne voulait pas savoir la vérité...Savoir si il l'avait tué...Pourtant...L'avait-il tué? Il lui semblait que non, mais un doute immense s'insinuait en lui. Pourquoi aurait-il tué l'Ange ? Sous la pression, une larme coula lentement sur sa joue.

C’est alors qu’il entendit une petite musique, assez forte. Du genre sonnerie de portable. Du genre petite musique tapant sur les nerfs. Tournant rapidement la tête, il perdit tout contrôle pour retenir le souvenir. Alors que son cœur avait fait un bond immense en entendant la petite musique, il perdit tout contrôle et…le souvenir refit surface, souvenir immense et troublant. Le souvenir refit surface, violemment. Entrant dans une sorte de transe, Satsujin Sukizo tomba à genoux dans la neige après un moment dans son souvenir, les yeux fermés, ses tremblements beaucoup trop violents.

« L’Ange adossé sur le mur crasseux d’une petite ruelle, Satsujin avait posé ses mains de chaque côté de son corps et il posait une lame sur le coup de l’ange. Ce jour-là, il faisait chaud et bon, mais il était tard dans la soirée. Seuls les lampadaires arrivaient à amener un peu de lumière dans la ruelle qui était cependant bien sombre. Satsujin la regardait dans les yeux, une lueur profonde d’amour dans les yeux, bien étrange pour la situation. Mais, accompagnant la lueur d’amour, une lueur de cruauté, profonde et bien réel. L’Ange pleurait silencieusement, de grosses larmes roulant sur ses joues d’une blancheur presque inquiétante, pourtant jolie. Elle pleurait, pleurait, sans retenue.

-Satsu… Qu’est ce qui te prend… T’es encore dans une de tes espèces de crises…

-J’ai pas de crises! Pas de crises! Répliqua-t-il, énervé.

-Satsu...J’en n’en peux plus… Je t’aime, mais m’aime tu ? Je ne peux pas vivre comme ca… Ya que toi que j’aime…Et…Tu fais sans cesse des crises...Tu es fou, Satsu...Je ne peux pas vivre avec ca…

Satsu ne dit rien. Il restait silencieux. Il voyait de drôles de forme noires inquiétante derrière elle, qui collait se le mur, un peu comme un étrange liquide qui pourrait monter et descendre en même temps. Et le tout partout de tous les sens derrière la tête de l’Ange… Alors qu’il regardait, légèrement inquiet, la forme qui s’étirait derrière l’Ange, toute forme de cruauté dans son regard ayant disparut, L’ange lui prit le couteau des mains. Puis, d’un geste vif et rapide, les yeux remplis de tristesse, elle rentra le couteau dans son ventre. Verticalement. Ses yeux s’agrandirent, mais elle ne dit pas un son. La souffrance tordait son visage, et le sang coulait à flot sur elle, tâchant tous ses vêtements. Satsujin, quant à lui, ne réagissait guerre. Une larme s’échappa de sa joue, et ses yeux s’agrandissait à la même vitesse que ceux de son amante. L’Ange tomba au sol, son sang se déversant par terre. Satsujin s’agenouilla près d’elle, puis passa une main dans ses cheveux.

-Pourquoi, Ange? Pourquoi..? Je…. Fallait pas…Peux plus rien faire pour toi..Maintenant..

-Je t’aime, Satsu. Mais.j-j-j-j-jee..Je peux plus..Désolé…J’aurais du..Attendre..

-NOONNN!

Oui, enfin, il réagissait. Un peu lent à la détente, direz-vous. Ses voix se pressait dans sa tête, se bousculait, lui criait, parlait tous en même temps sans qu’il puisse distinguer quoi que ce soit qu’un bourdonnement intense de voix mélangé. Le sang continuait de couler, couler, couler sur lui et par terre, couler sur elle, tâché ses vêtements. Il plaça sa main sur la blessure, mais en vain. Après un moment, elle quitta la vie. Satsu se mit à pleurer, sans ménagement, mais silencieusement tout de même. Insensiblement, dirais certain. Il regarda tous ce sang, puis enleva doucement le couteau. Il le jeta beaucoup plus loin dans la ruelle, abandonnant un poignard qui lui avait couté une petite fortune, puis entreprit d’enlever ses vêtements. Il nettoya tout le sang sur elle, puis jeta ses vêtements avec l’arme. Il se leva, recula, fixant le cadavre de sa fiancé, jetant un regard à la bague à son doigt. Il se retourna, puis se sauva dans la rue, courant dans la rue déserte. »

À genoux dans la neige, les yeux fermé, les larmes coulant sur ses joues, il tremblait dangereusement. Il ne l’avait pas tué. Il le savait. Issei..Issei lui avait mentit !

Issei : * Nullement. Je ne t’ai pas mentit… C’est ta faute si elle est morte..*

- JE L’AI PAS TUÉ, SALAUD! SALAUD D’ISSEI, JE L’AI PAS TUÉ!!!

Il se leva rapidement. Fermant son poing, il l’abattit violemment sur un tronc tout près, y passant toute sa rage. Son poing le faisait maintenant souffrir sauvagement, les jointures saignant légèrement. Il ne se permit plus de pleurer… Lorsqu’il retourna la tête, il aperçut une jeune femme. La sonnerie de téléphone…

-FUCK! Vous…êtes là…depuis quand…?

Il recula de quelque pas, la fixant. Il savait qu’il devait avoir l’air complètement fou, mais il s’en foutait totalement. C’est un pays libre, on a le droit de faire ce qu’on veut, non ? Ce qui l’inquiétait, c’est ce que la femme avait vu. Elle avait vu toute ses faiblesses…L’avait-elle vu pleurer, trembler terriblement violemment ? Elle l’avait vu ne pleine crise, en plein rage, alors qu’il était faible…

-Qu’avez..Vous…Vu..?

Voyant que la jeune femme s’inquiétait, il ajouta mollement, faiblement, sans émotion.

-‘va…Ça va…


[ Je sais pas trop si c'est nul ou bon m'enfin >.> x3 ]
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Invité le Dim 03 Fév 2008, 1:22 pm

[ Tapez 1 si c'est nul, tapez 2 si c'est bien ! Je tape "2" ! Je tape "2" ^o^/ ! XD ]

Au moment où la sonnerie du portable retentit, l'homme tourna la tête vers elle d'un geste rapide, et dans les quelques secondes qui suivirent, il se laissa tomber à genoux, comme rentrant dans une transe soudaine. Callie Rose trouva enfin ce maudit téléphone qui ne semblait pas vouloir fermer son clapet et raccrocha au nez, semblait-il, d'une collègue de bureau ; elle fourra le portable dans une poche et se rendit compte avec horreur que les tremblements du jeune homme devant elle n'auraient sûrement jamais pu être plus violents. Nom d'un biberon à laver !
Paniquée par la tournure que prenaient les choses, la jeune femme ne savait que faire ; quand on assiste à une scène comme celle ci de "l'extérieur", on se dit que ce n'est pas si terrible et que c'est idiot de paniquer, mais lorsqu'on en fait partie, on tourne sept fois sa langue dans sa bouche avant de raconter une ânerie pareille.
Elle ne su combien de temps passa, mais elle sursauta violemment lorsque l'homme hurla une nouvelle fois. Mais de quoi parlait-il ? Qui était Issei ? Qu'est-ce que c'était que cette histoire ? Tuer ? Mais tuer qui ? Qu'est-ce qu'il lui arrivait ? Il semblait qu'il avait pleuré... mais il se releva, et Callie sursauta de nouveau en reculant d'un pas lorsque le jeune homme planta son poing dans le tronc d'un arbre tout proche. Et si, finalement, on le laissait à ses réflexions philosophiques et qu'on se barrait en courant ? Hum ?


* Ah bah bien, Callie, bien ! Je t'interdis d'avoir ce genre de pensée, vieille bique è____é ! Tu voulais lui venir en aide ? T'assumes jusqu'au bout >.< ! *

Elle assumerait donc jusqu'au bout et le jeune homme tourna enfin la tête vers elle, semblant se rendre compte juste maintenant de sa présence et recula de quelques pas, la fixant ; hum, elle avait dit qu'elle assumerait =______=' ? Crédidiou...

- FUCK! Vous…êtes là…depuis quand…?

Callie dû faire appel à toutes ses forces pour ne pas répliquer "euuuh... rien vu... je vous laisse... rien vu..." qui n'aurait sûrement pas arrangé les choses. Elle essaya donc de se calmer ; peut être pourrait-elle communiquer ne serait-ce qu'un petit pourcent de son calme au jeune homme. Et puis bon, même si ce n'était qu'un inconnu, ses réflexes et ses intuitions qu'elle avait acquit en devant mère lui instauraient un sentiment d'inquiétude envers l'homme. Inspirant une grande bouffée de sérénité - je l'avais dit qu'elle avait des qualités de bouddhiste ! - elle répondit sur un ton neutre :

" Pas mal de temps. "

Puis il lui demanda ce qu'elle avait vu. Ah, la réponse qui pouvait fâcher. Avant qu'elle ne réponde, il s'exclama mollement, sur un ton sans émotion, que ça allait. Même si cela ne la rassura pas pour autant, elle décida de jouer la carte de la sincérité puisque ce n'était pas sa nature que de mentir dans des moments pareils :

" J'ai entendu un cri, alors je suis venu. Vous trembliez, et vous parliez seul, ou tout du moins sembliez vous vous adresser à quelqu'un du nom de "Issei". Puis vous... hum, vous êtes rentré dans une sorte de... une sorte de transe. Vous trembliez tellement ! Ca ressemblait à une sorte de crise d'épilepsie, mais si c'en était une, vous vous seriez effondré de fatigue ; je ne suis pas docteur, mais franchement, vous devriez pour assoire. "

Elle se tu, presque effarée d'avoir tant parlé. Bien, allait-il s'énerver parce qu'elle se mêlait de choses qui ne la regardait pas =___=' ? Ah, pas de sa faute, depuis qu'elle était maman et qu'elle s'occupait non-stop d'un bambin, elle s'inquiétait pour tout le monde et ne supportait pas de laisser quelqu'un...

[ Un pitit peu court .____. ]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Satsujin Sukizo le Dim 03 Fév 2008, 10:03 pm

[ XD Bah Merci alors x3 Ton post aussi est bien <33 ]

Les tremblements de Satsujin c'était calmé, sans pour autant disparaitre. Il ne pouvait s'empêcher de repenser à la mort de l'Ange, et ainsi ne pouvait-il pas s'empêcher de trembler, et d'avoir les yeux..légèrement humide, sans pour autant pleurer, bien sur. Il porta machinalement ses jointures à sa bouche pour lécher le sang qui coulait sur sa main.

Depuis pas mal de temps...Pas mal de temps...Il passa une main dans ses cheveux, soupirant profondément.

Ojike: *Elle t'esponnais, Satsujin, elle t'espionnais depuis bien longtemps...*

Il ne dit pas un mot jusqu'à ce que la jeune femme eu finit de parler. Ainsi, elle l'avait vu..Elle l'avait vu pleurer, elle l'avait vu vivre son souvenir douloureux...Une transe, disait-elle ? Hum...Peut-être était-ce une sorte de transe...En plus, elle savait l'existence d'Issei...Elle savait ses faiblesses...Mais il n'était pas faible, non, pas faible..

Il s'adossa sur un arbre tout près, puis fixa un moment le vide derrière la jeune femme sans rien dire. Il avait l'air vraiment, vraiment égaré, perdu, triste, anéantit. Oui, le mot exact serait anéantit. Les yeux humides, les tremblements qui le parcourait, son expression qui lui donnait l'air qu'il allait éclater d'un moment à l'autre en pleur... Mais...Plus jamais il ne pleurait devant cette femme, non. Il se retenait du mieux qu'il pouvait, il ne voulait pas... Cette femme l'avait vu faible..Alors qu'il n'était pas faible du tout...Que devait-il faire ? Pourquoi était-il sortit ce jour là...? Il aurait pu tout simplement, comme d'habitude, rester enfermé chez lui, fuir le soleil et le froid, fuir la population, le peupe. Fuir tout ses gens dérangeant qui lui parlait et ne se mêlait pas de ce qui leurs regardait...Fuir tout, fuir le monde, fuir ce qui l'entourait...

-J'ai pas de crises d'épilepsie...Pas besoin de m'asseoir...Ça va...

L'Ange s'était donc suicidé ? Il ne l'avait donc pas tué..? Pourquoi avait-elle fait cela... Il l'aimait..Et jamais, jamais il n'aimerait quelqu'un d'autre qu'elle.. Elle avait été si patiente envers lui..L'avait cru , l'avait aidé, l'aimait... En repensant à elle, il se souvenait de sa gentillesse, de sa patience, de son amour...Il se souvenait de sa peau douce, de son odeur de miel, de ses cheveux soyeux, de son fin visage, si magnifique...Il se souvenait des journées passés avec elle, il se souvenait...Il se souvenait de trop de chose, trop de chose qui le rendait nostalgique...

*Je savais..Pourquoi..Pourquoi j'aurais tué l'Ange... Salaud d'Issei..Issei..Salaud! Pourquoi tu m'as dit ça..?*


Issei:* Si tu t'aurais abstenu de l'aimer..Si tu t'aurais abstenu de lui parler..Elle serait encore en vie, tu pourrais encore l'aimer en secret..C'est ta faute si elle est morte, c'est comme si tu l'avais tuer...*<

Satsu passa encore une main tremblante dans ses cheveux noirs , puis se tourna vers la jeune femme.

-Issei..Issei s'entête de dire que j'ai tué l'Ange... Mais je ne l'ai pas tué...Pas elle, pas l'Ange...Je ne l'aurais pas tué..N'est-ce pas...?

Il parlait à la jeune femme sans lui parler, sans vraiment la regarder. Il la regardait sans vraiment la regarder, la regardant dans les yeux, mais d'un regard vide, sans émotion, toujours humide cependant... Satsujin était quelqu'un de bien étrange. Sa schizophrénie faisait de lui quelqu'un de totalement a part, et de,si je peux me permettre, de fou. Chaque sortie faisait de lui un fou. Mais il ne s'en rendait pas compte..N'Était-ce pas normal d'entendre des voix...? Et les choses qu'il voyait était réel, non..?

[ Post court aussi, et pas top <<]
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Invité le Dim 10 Fév 2008, 12:55 pm

Callie suivit d'un oeil inquiêt le jeune homme qui s'adossait à un arbre tout proche et regardait derrière elle d'un regard... vide, comme absorbé par ses pensées. Elle ne fit aucun commentaire, aucun geste, et se contenta d'attendre ; elle n'était franchement pas d'un caractère très patient, mais lorsqu'elle sentait au fond d'elle que la situation l'exigeait, elle ne faisait pas de caprice. Rares étaient les choses avec lesquelles Callie apprenait la patience, mais elles existaient quand même. Par exemple, elle avait appris à être particulièrement patiente avec l'éducation de son fils (évidemment quand il faisait des bêtises, elle dégainait SuperTorchon avant qu'Andrew n'ait eu le temps de dire "nan, pas "tochon" o__o ") ; avec les crises de colère de son patron (dans ces moments là elle savait que son travail était en jeu, alors elle prenait sur elle, parce que quand généralement la jeune femme répliquait, ça faisait mal à l'adversaire) ; hum, oui, finalement ces choses qui lui apprenait la patience étaient rares, très rares. Mais celle d'attendre sagement sans broncher auprès d'un homme qui n'allait manifestement pas bien dans sa tête - ou simplement dans ses nerfs - pouvait être une chose à rajouter dans le tableau.

La voix de l'homme la sortit de ses pensées ; il venait de s'exclamer que ce n'étaient pas de crise d'épilepsie et qu'il n'avait pas besoin de s'assoire. Callie ne su d'ailleurs pas s'il était bon d'insister ou pas, mais elle ne le fit pas. L'inconnu sembla repartir dans ses songes quelques instants, puis finalement sembla se réadresser à elle. Cependant, elle n'en était pas sûre, car il semblait tout aussi bien s'adresser au vide. Il reparla de cet Issei, de cet Issei qui apparemment lui disait qu'il avait tué un ange - ou l'ange ; l'homme niait alors, pour finalement lui poser directement la question : "Je ne l'aurais pas tué..N'est-ce pas...?". A ce moment là, Callie n'aurait pu être plus perdue. Bon sang, mais dans quelle histoire s'était-elle encore embarquée é___è ? De quoi parlait-il ? Etait-elle en compagnie d'un psychopathe schizophrène qui allait lui aussi la tuer comme il avait tué cet "Ange" ?


* Par les épinards de Grand-Maman ! Callie qu'est-ce tu nous fais comme film encore è___é ? *

La jeune femme était loin de se douter que son film avait une jolie partie de réelle. Elle cru bon de répondre, doucement, sur un ton toujours aussi neutre qui ne laissait pas trahir son inquiétude :

" Si vous n'aviez pas voulu le tuer, pourquoi l'auriez vous fait ? "

C'est à ce moment là qu'elle cru comprendre : peut être avait-il de drôles de visions dans lesquelles il voyait un ange ; peut être que finalement, ses visions s'étaient arrêtées, et il avait cru l'ange mort. Peut être avait-il cru le tuer. Bon.

" On ne tue pas un Ange, continua t-elle dans un quasi chuchotement. C'est l'Ange qui décide de quand il meurt, et personne d'autre. S'il vous a quitté, dites vous que ce n'est pas de votre faute, vraiment pas ; il était sûrement là pour vous protéger, et lorsqu'il a estimé que vous n'aviez plus besoin de protection, plus besoin de son aide, il est parti. "

Ce fut à ce moment là que le visage de Taiki lui revint subitement en pensée, presque avec violence. C'était tellement soudain, tellement puissant, qu'elle cru en avoir les larmes au yeux et sentit un trou béant à la place de son coeur. Elle se plia légèrement de douleur, plissa l'arête du nez, et posa une main tremblante entre sa poitrine. Ses yeux restèrent quelques secondes fixes sur le sol jonché de feuille morte, et un chuchottement sembla planer dans l'air, s'éloignant : "Taiki. Taiki...".
Callie inspira une grande bouffée d'air dans une légère exclamation, et se reprit ; pas question de faire une crise devant un inconnu. En fait, pas question de faire une crise devant quelqu'un tout court. Elle avait fait son deuil, ça oui elle l'avait fait, mais de temps à autre le visage de Taiki venait la hanter, lui rappelant ce manque immense, cet horrible puit sans fond...


" Moi... moi aussi j'ai perdu l'Ange. "

Elle ne savait pas si le jeune homme l'avait écouté ne serait-ce qu'un instant ; peut être qu'il était repartit dans ses songes. Tant pis. Elle ne savait pas pourquoi, mais au fond d'elle, quelque chose lui disait de rester. Il existait parfois des intuitions idiotes comme celle ci, oui.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Satsujin Sukizo le Dim 10 Fév 2008, 10:42 pm

Le visage de l'Ange planait toujours dans son esprit, et, étrangement, Stasujin ne réussisait pas à retrouver son prénom. Elle le lui avait dit une fois, mais il s'entêtait toujours à l'appeller l'Ange, ou simplement Ange. Dans ses souvenirs, il ne disait pas son prénom, mais l'Ange... Jamais il ne l'avait appellé différement, jamais il ne l'avait appellé par son nom. Car les Anges descendu sur terre ne mérite pas de se faire appeller par un simple nom. Elle était une Ange , qui, revenut sur terre, cachait ses ailes. Elle avait été dédié pour lui, elle avait été envoyé sur terre pour l'aimer, pour lui apporter au moins un fois la sensation que l'on appellait amour, pour au moins une fois lui faire savoir ce que s'était de se faire aimer... Mais quel était le véritable nom de l'Ange ? Cela n'avait pris aucune importance jadis du temps de son vivant, cela n'avait pris aucune importance maintenant car il avait tâché d'effacer ce douloureux souvenir de sa mémoire...Mais en ce moment, alors qu'il avait revu son corps, le prénom qu'elle avait emprunté pour venir sur terre lui semblait d'une importance véritable...

Enfoncé dans ses pensées plus que jamais, emprisonné par celle-ci, Satsujin semblait totalement dans un autre monde et fixait bêtement l'arbre devant lui. Dans cet état second, il entendit clairement: " Si vous n'aviez pas voulu le tuer, pourquoi l'auriez vous fait ? " Mais ne prit pas la peine d'y répondre, comme si les paroles avaient passées dans son esprit pour quitter sa tête tout de suite après, indiquant clairement que répondre ne servirait à rien dans cette situation.

" On ne tue pas un Ange, C'est l'Ange qui décide de quand il meurt, et personne d'autre. S'il vous a quitté, dites vous que ce n'est pas de votre faute, vraiment pas ; il était sûrement là pour vous protéger, et lorsqu'il a estimé que vous n'aviez plus besoin de protection, plus besoin de son aide, il est parti. "

Cependant lorsqu'elle dit cela ,il se retourna vivement. L'Ange n'était pas un homme, pourquoi le nommer par 'Il'? Il avait toujours besoin de son aide, de sa douceur, de sa féminité, de son calme, de sa logique...Il avait toujours besoin d'elle, de son odeur, de sa présence...L'Ange pensait-elle donc qu'il n'avait plus besoin d'elle? Qu'il n'avait plus besoin de son aide ? De son soutien ?

Issei: * Si l'Ange est morte, si elle t'a quitté, c'est de ta faute, uniquement de la tienne...*

Ojike: * La femme devant toi ne peut pas savoir..A-t-elle déjà vu l'Ange ? L'a-t-elle déjà connu? Non.. Elle ne peut pas proférer ses paroles dans une entière vérité..*

Issei: * Entièrement de ta faute...Un ange descend sur terre pour protéger un mortel, ainsi t'était-elle destinée...Mais si tu t'aurais abstenu, elle serait encore ici, à te protéger...*

-Non..C'est ma faute si elle est morte...Ma faute si l'Ange est morte... J'ai osé lui adresser la parole, l'aimer...Nous ne devons pas aimer notre Ange...Non...Si je ne l'aurais pas aimée...Elle serait toujours ici...L'Ange.. Je ne l'ai pas..tuée..Pas elle...

Là, il s'adressait directement à la jeune femme. Certes, ce ton à la fois dur et tremblant, mais qui ne semblait pas faire voir une émotion directe et précise...Satsujin la regardait dans les yeux profondément, semblant lire dans son âme. De quoi se mêlait cette femme ? Pourquoi restait-elle ? Au moins, ce n'était pas un démon: Ses yeux noisettes confirmait tout le contraire...Elle n'était pas venu sur terre pour salir ce monde et il n'aurait pas à l'éliminer...Elle n'était pas non plus un ange, il le savait en la voyant et des signes sur elle l'aurait dit... Alors qu'il l'obersait ,elle semblait avoir une certaine douleur, mais le schizophrène n'en s'en fit pas du tout et attendit tout simplement. Attendre quoi ? Il ne savait pas...Puis la jeune femme devant elle dit qu'elle aussi, elle avait perdu l'Ange...Mais était-ce vraiment L'ange ? Celui qui descend des cieux pour vaincre les démons et qui est destiné à une personne, une seule, sur qui il doit veiller?

-Mais vous...Vous..L'Ange...Moi...Mon Ange à décidé de rejoindre les siens..Devant moi...Par ma faute...Je n'aurais pas du l'aimer...Et surtout..Pourquoi...Ce..Couteau...Je l'avais amené...Contre elle...Mais...Je l'ai pas tué...C'est elle qui..Par ma faute...

Ses paroles étaient pour n'importe qui plutôt inquiétantes, bien que son ton était tremblant et empli de tristesse. Elles n'étaient pas vraiment cohérente, mais quiconque prenait le temps d'écouter comprenait bien que ce n'était qu'un fou. Satsujin faisait clairement voir qu'il avait amené un couteau et l'avait menacée avec, mais il faisait aussi voir que ce n'était pas lui qui l'avait tuée. Mais à la mention du couteau contre elle, qui pourrait croire que ce n'était vraiment pas lui qui l'avait tuée ? Il n'avait aucune preuve, mais n'avait à n'en fournir: Il savait , lui , qu'il ne l'avait pas tuée, et que jamais, jamais, il aurait tué son ange. Que cette femme croit ce qu'elle veut, lui il savait au plus profond de lui même que le meutre n'était pas produit de sa main , mais de celle de l'Ange. Certes, c'était entièrement sa faute et juste la sienne si l'Ange avait rejoint les siens, mais il ne l'avait pas tuée lui même, il n'avait pas fait pénétrer le couteau dans les chairs de son ventre, ce n'était pas lui qui avait fait couler tous ce sang...
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Invité le Lun 23 Juin 2008, 8:11 pm

Callie ne comprenait franchement plus rien ; et encore, elle n'avait jamais vraiment rien compris à ce qu'il se passait, soyons honnête. La jeune femme avait manifestement le don pour se mettre dans ce genre de situation peu commune ! L'inconnu ne cessait de marmonner, de s'embrouiller, de clâmer corps et âme qu'il n'avait pas tué "l'Ange", ah ça non. Il parlait de temps à autre dans sa barbe et Callie loupait quelques mots, mais comprenait à peu près l'essentiel. Tué pas tué ? Vraie personne ou seulement l'imagination ? Ses paroles étaient inquiétante... que dis-je, véritablement flippantes ! Aaaah, pourquoi n'était-elle pas restée chez elle... à ce moment même, elle serait au chaud, une couette sur les genoux avec un plateau contenant thé et biscuits au chocolat, regardant Hunt Grant en train de sourire de son éternel regard de cocker. Craquant ; affreusement craquant. Eh oh, eeeeh ! C'était quoi ce bordel ? Est-ce que c'était le moment de penser à Hunt Grant ? N.A.N !

L'inconnu recommençait à parler, et cette fois ses paroles étaient légèrement différentes et... comment ça, couteau ? Oh non, il l'avait tué... esprit ou personne, il l'avait vraiment tué. Ca sentait mauvais ou bien... ?
Callie inspira une grande bouffée d'air et contrôla les tremblements qui s'étaient emparés de ses mains. Elle trouva le regard du jeune homme et, sans le quitter des yeux, s'assit sur le sol humide et terreux, les jambes et les bras croisés. D'un ton qu'elle voulait le plus calme possible, Callie s'exclama :


"Ecoutez... si vous vous asseyiez et que vous me racontiez tout depuis le départ ? "


Ouais, en fait Callie, l'aurait été plus intelligent que tu te barres, là, sur le champ, à fond sur le champignon, sayonara le Schizo o_O Beh non, tu fais tout ce qu'il faut pas faire -___-' Idiote.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Satsujin Sukizo le Mer 25 Juin 2008, 3:36 am

[Une chance que tu m'as avertit avant, j'aurais péter la crise cardiaque de voir ton post sinon...x) ]

"Écoutez... si vous vous asseyiez et que vous me racontiez tout depuis le départ ? "

Passant une main dans ses cheveux noirs de jais en soupirant, il rejeta la tête en arrière en soupirant longuement, se permettant d'observer d'un œil absent le plafond de feuille espacé de la forêt. Lui raconter tout depuis le départ? Pourquoi ferait-t-il ca, après tout? Il ne la connaissait pas, ne savait pas son nom- nom qui ne l'intéressait pas du tout, mais tout de même...-Satsujin venait tout juste de la rencontrer...Il y avait de cela...quelques minutes? Tout au plus... Rien qui ne laissait aux confidences.

Après avoir passé pour un faible, il ne voulait pas se confier. Il avait eu une crise de larme, ces tremblements, cette voix si triste, déchirée et terriblement tremblante. Cette espèce de transe, et puis encore, et encore... Il lui avait parlé d'Issei... Comme d'habitude, il n'avait pas fait attention. Et cette femme avait écouté, comme on écoute n'importe qui, elle lui parlait sur le ton d'une conversation anodine, comme on parle à n'importe qui. Que d'hypocrisie! Comment faire croire qu'il n'y avait rien après tout ce qu'il avait fait? Enfin...Il ne s'en souciait pas pour deux sous. Rebaissant lentement la tête pour venir accoté son menton sur sa poitrine, sa main partit vers l'arrière pour tâter et chercher un tronc d'arbre. Trouvant enfin la surface rugueuse de l'écorce, il recula de quelque pas et s'adossa sur l'arbre. Main profondément enfoncé dans les poches, tête basse, il réfléchit longuement, le regard vide devant lui qui fixait le tapis de feuille et de terre dans une expression totalement indéchiffrable.

Il ne savait même plus ce qu'il ressentait en lui. Tristesse immense, déchirement, deuil revécu, morosité, dépression, haine immense d'avoir été ainsi découvert, incompréhension de savoir pourquoi le cadavre de l'Ange se trouvait là...Trop de sentiment se bousculait en lui, alors que l'indifférence se terrait dans un coin. Elle qui était là le plus souvent, pourquoi ne prenait-elle pas la place principale encore une fois? Ça ferait bien moins mal...Qui s'amusait à jouer ainsi avec son cœur avec des pinces chauffer à blanc? De le tripoter avec le bout blanc mou par la chaleur, de lui lancer une à une de longues aiguilles chauffées qui lui rentrait inexorablement dans le cœur, de le tirer de chaque côté, de le pincer...?

-Pitié, arrêtez, ça fait mal... murmura-t-il distinctement sans s'en rendre compte d'une voix qu'il n'aurait jamais cru capable de produire lui même tant elle était pleine d'émotion déchirante et lancinante.

Il se sentait si vide de toute force... Il aurait aimer être chez lui, s'écraser dans un coin de sa chambre noire en ayant tiré les rideaux , fermé toute lumière et fermé la porte, dans son garde-robe, encore mieux...Sous le lit...Ramassé en un tas de chair, ses membres collés sur lui même que seul sa chemise et son pantalon séparerait...Et rester ainsi pendant des heures et des heures, des journées si il le fallait, jusqu'à enfin, ne plus ressentir cette douleur qu'il ressentait si peu souvent. Indifférence, que fais-tu? Où es-tu? J'ai besoin de toi...Besoin de toi pour oublier. Tout oublier. Jusqu'à la dernière émotion. Tout effacé pour toujours. Ne plus jamais ressentir une quelconque émotion existant sur le monde à part toi. Pourquoi ne suis-je pas né robot? Tout serait tellement plus facile...

Depuis quand était-il faible à ce point qu'il ressentait toute ces émotions? Et devant quelqu'un? Que se passait-il? Issei l'avait tellement affaiblit comme jamais auparavant. Il ne suffisait pas de le faire en privé, il fallait que cela lui prenne dans un lieu public, devant une personne... Personne qui, heureusement mais hypocritement, semblait ne rien remarquer, avec ce ton si...anodin. N'avait-elle pas peur comme tout le monde? Tout le monde avait peur de cet homme de noir vêtu, au comportement étrange, une expression haineuse collé en tout temps au visage, qui marmonnait tout seul dans son coin des insultes violentes, qui frappait un peu tout mur qui se trouvait sur son chemin, qui marchait tête basse...Et cela lui plaisait. Les gens devaient avoir peur de l'Envoyé. Il ne savait pas en quoi consistait sa mission, mais instinctivement, tous savait qu'il fallait ce méfier de ce genre de personne. C'était leurs première intuition animal qui lui inculquait se sentiment de peur, il en était sur. Mais cette intuition agissait, mais personne n'était plus capable de l'utiliser entre ces tours de verre. Au moins, comme ça, il avait la paix. Cette jeune femme n'avait donc pas peur de lui? Par quel miracle? Où était-elle à ce point si forte qu'elle était capable de contrôler ses émotions aussi bien? Peut-être, Peut-être... Il était un temps voilà peu où Satsujin était pareil, et encore meilleure. Seule la rage, il ne la cachait jamais. Mais...Maintenant, il ne savait plus s’il serait capable. Et s’il ne serait plus capable, plus jamais il ne sortirait. Plus jamais, vous pouvez en être sur. C'était la dernière fois que quelqu'un le voyait avec des émotions...La dernière fois...

-N'avez-vous pas peur de moi? Comme tout le monde...?

Et enfin il parla après...un bon vingt minutes? Oh, au moins! Sa voix était toujours aussi cassée, extenué, dépassé par les évènements, emplis d'une tristesse infinie, ponctué d'une interrogation tel un soupir. Cette femme l'avait vu faible, à quoi bon faire l'effort de cacher ses sentiments pour le moment? Même si il se reprenait, la femme la prendrait pour un faible...Alors... Lentement, il leva son visage pour planter ses yeux où dans un flot de détresse flottait une brindille de haine dans ceux noisette de la jeune fille.

Issei s'était tu, enfin, une fois pour toute. Il n'en avait pas besoin, après tout. Du moins, pas pour le moment. Peut-être Issei était-il là lorsqu'il n'avait pas d'émotion, pour au moins lui donner la haine? Ojike la paranoïa...et Lui...La soif du mystère...et la peur? Et comme les sentiments avaient triomphé, il s'était noyé dans la marée? Enfin...Toujours est-il que sa...'crise' ,comme le disait si bien son Ange , semblait passé. Ses tremblements s'étaient apaisés , les voix s'étaient décidé à imiter admirablement bien le silence...Sa voix n'était plus cassée, ses paroles n'était plus inintelligible... Seules les images lui revenaient par vague successive. Le couteau sur la gorge de l'Ange...L'Ange morte...

Il repassa une main dans ses cheveux noirs, achevant de les décoiffer pour instinctivement remettre les deux mèches encadrant son visage en place. Ses yeux se fermèrent et se ré-ouvrirent le temps d'une dizaine de secondes, puis il les reposa sur la jeune femme pour se souvenir de la question première. Lui raconter depuis le début...Enfin. Pourquoi pas... Mais sans les détails. Sans quoi elle en saurait trop...Et il faudrait la tuer...Et il n'était pas contre. Cela l'apaiserait énormément...

-Voulez-vous....Vraiment savoir depuis le début? Vous n'êtes qu'une inconnu après tout...Votre nom? Satsujin. Dé...Dé...Ahem...Je...Désolé.

Satsujin.Sukizo.C'était.Excusé. Okaaaaa. C'était un jour à marqué d'une grosse croix rouge sur un calendrier qui serait affiché en plein milieu de Tokyo dans un cadre lumineux où de grosse flèche géante fluo et aussi lumineuse pointerait la dite date. Peut-être la ville devrait-même organisé une visite guidé pour les touristes afin d'observer ce calendrier...Ou...Non! Il devrait bien en faire une fête nationale! Oui, une fête nationale, ca serait bien quand même. «Jour de la première excuse de Satsujin Sukizo, ancien meurtrier». Riant tout doucement, il parla tout doucement à la jeune femme.

-Ce jour devrait être une fête nationale à partir de maintenant...Le jour où Satsujin Sukizo s'est excusé pour la première fois de toute sa vie entière! Sérieusement, comptez-vous bien chanceuse, et souvenez-vous en, ca n'arriveras surement plus jamais...

Ce ton...Mon dieu qu'il n'avait pas utilisé ce ton souvent! Limite s’il ne l'avait jamais utilisé. Mélangeant ton moqueur et désolé, cela faisait bien opposition à ce qu'il était voilà quelques minutes. Du fou furieux fière de l’être, il était devenu une pauvre créature faible et sans défense, blessé de toute part. Tout son caractère semblait changer, tout d'un coup. On aurait presque dit une autre personne...


[ Et Un pavéééé, Unnn =D ]
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Invité le Mer 25 Juin 2008, 12:21 pm

[ Par contre, moi, j'ai vraiment failli faire une crise cardiaque en louchant sur la longueur du poste XD Pas que ça me déplaise, au contraire, mais le problème ça va être pour rivaliser @.@ ]


Un long silence régna après la demande de Callie. L’homme ne répondit rien, semblant absorbé encore une fois par ses pensées. La jeune femme ne savait franchement pas ce qu’elle faisait ici. Un instinct quasi naturel lui dictait de fuir à toute allure et de ne plus jamais fréquenter ce genre d’individu… dérangé. Dérangé, ah oui ? Qu’était-ce donc vraiment qu’un individu dérangé, finalement ? N’était-ce pas plutôt les gens différents de lui qui étaient dérangés ? Au fond, quelqu’un que l’on traitait de dérangé, c’était quelqu’un de différent. D’après Balzac « Quand tout le monde est bossu, la belle taille devient la monstruosité ». Enfin, bon, on était pas sur une disserte de philo portant comme problèmatique « D’après Balzac, quand tout le monde est bossu, la belle taille devient la monstruosité. Développez, vous avez quatre heures ». L’inconnu semblait ne toujours pas vouloir répondre. Callie attendit donc, soudain étonnamment patiente. Plongée dans ses pensées, elle sursauta lorsqu’une voix plaintive et déchirante résonna tout près. La jeune femme releva la tête ; c’était l’homme qui venait de parler, suppliant quelqu’un ou quelque chose d’arrêter parce que ça lui faisait mal. Elle voulu dire quelque chose, mais abandonna. Quelques minutes plus tard, alors que tout espoir d’un quelconque dialogue partait en fumée, le jeune homme se mit enfin à parler. C’était une question ; une question à laquelle Callie s’étonna, mais répondit après quelques instants de réflexion :

« J’avoue que si. Généralement, les gens sont habitués à fuir les personnes comme vous, la plupart du temps parce qu’elles ont un comportement différent de ce qui peut être traité de « normal » et parce qu’on ne les comprend pas. Attention, je ne dis pas que je vous comprends, au contraire, je ne comprends rien du tout, je suis complètement larguée. »


La voix de Callie – calme et douce – faisait un sacré contraste avec celle du jeune homme, cassée et triste. Il y eut encore un silence, pendant lequel il se passa une main dans les cheveux, fermant et rouvrant les yeux, pendant que Callie restait muette à le regarder, comme attendant une quelconque réaction de sa part. Il se mit alors à reparler, un peu confusément et la jeune femme fut étonnée qu’il se présente, lui demande son nom et surtout émette une sorte de « désolé ».
Ageuh ?
Oui, Callie, oui, très pertinent, certes.
L’inconnu aussi semblait soudain troublé par ses mots. Il reprit la parole, cette fois sur un à la fois moqueur et désolé, faisant même de l’humour. Woh. Elle était donc si chanceuse que ça ? D’après lui, oui. Bon, eh bien…

« Bien sûr que je veux savoir tout depuis le début. Sinon je ne vous l’aurais pas demandé… Hum, Callie. Et j’ai bonne mémoire, promis, je raconterai cela à mes petits enfants lorsque je serais une vieille femme toute rabougrie, hideuse au possible, grasse et asthmatique ! »


Sur les derniers mots, elle eut un sourire amusé. S’imaginer vieille et toute ridée… berk, pitié, pas cette image ! Mais revenons à nos moutons… ou plutôt à notre Satsujin.

« Désolée. Désolée d’être restée… ça ne vous a guère enchanté… mais lorsque je vous ai entendu crié…je ne sais pas. Depuis deux ans, j’ai la sale manie de me mêler de ce qui ne me regarde pas. Et puis quand je vous ai vu… oui, j’ai paniqué, j’ai même eu la frousse. Mais je ne pouvais pas vous laisser, je ne sais pas pourquoi, c’était au dessus de mes forces que de fuir. Fuir ne sert à rien en fait… bref, je vais faire taire la grande pipelette que je suis et vous laisser parler un peu… »



[ Toujours court >< Mais comme j'ai plus rp depuis longtemps .___. Bref, ça reviendra, faut que je me refasse la main XD ]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Satsujin Sukizo le Jeu 26 Juin 2008, 3:12 am

-Eh bien...Vous n'êtes juste pas différente des autres...Si vous avez peur..C'est bien. Mieux ainsi, vous savez. Vous pouvez partir, je serais pas le genre de personne à être froissé à cause de ca.

Ouvrant sa veste complètement pour laisser caresser le vent frais d'hiver sur son torse légèrement musclé, il découvrit par la même occasion son chandail bordeaux moulant où trois petit panda fort mignon s'alignait, faisant des pirouettes amusantes. Qui aurait cru qu'il mettrait un tel chandail? La jeune femme devant elle, après l'avoir vu tel qu'il s'était montré, ne devait peut-être pas s'attendre à ca...Enfin.

-Mmm..'kay...Euh..Ouais. Veillez quand même à pas trop parlé de moi, maintenant que vous savez mon nom...J'ai déjà assez de problème comme ça, il risque de me surveiller encore plus...

Il ? La police, bien entendu. On ne laisse pas un meurtrier dans la nature sans le surveiller, de près ou de loin. Passant encore sa main dans ses cheveux sur ses paroles qui prenait le ton anodin d'une conversation sur la température, Satsujin se laissa lentement glisser le long du tronc d'arbre, son chandail relevant sous la friction et l'écorche égratignant son dos. Eh bien tant pis. Ça ne serait qu'une partie de sa punition...Eh oui. Punition. Voyez-vous, après cette rencontre, il comptait rentrer chez lui au plus vite, et enfin, se punir. Se labourer la chair avec une arme, surement. Ou ne pas manger pendant bien longtemps. Surement les deux, en fait. Le schizophrène voulait se punir de se montrer ainsi, aussi faible, de montrer ainsi des émotions à la première venue, de lui parler ainsi...si..ouvertement, comparé à tout ses autres conversation. De s'être excusé, peut-être aussi. Mais cette femme...Il ne savait plus...Elle semblait le mériter, ainsi s'était-il excusé de son comportement.

Il aurait pu faire une fleur à cette jeune femme, partit sur la lancée qu'il était. Lui dire qu'elle ne serait surement pas grasse, hideuse et rabougrit une fois vieille... Il n'avait même pas regardé réellement à quoi elle ressemblait, jusqu'à présent. Levant les yeux vers la jeune femme, il se mit à la détailler alors qu'elle parlait et parlait, n'écoutant que d'une oreille discrète en perdant plus d'un mot. Des cheveux châtains, un petit nez fins, de fines lèvres, des yeux marrons, des courbes avantageuses, un manteau marine, des jeans, des converses bleu clair...Hum..Enfin. Vaudrait peut-être mieux écouter ce qu'elle disait à la place de la scruter comme ca de haut en bas sous le rayon X.

-Hum...? Ah...Vous auriez du faire quand même un peu plus attention, je suis plus agressif normalement...J'aurais pu..Enfin. Passons.

Il aurait bien pu la tuer, en effet. Et lui qui aujourd'hui avait amené une arme plus grande. Et il pourrait encore la tuer. Ce que cela pourrait l'apaiser,enlever ce lourd fardeaux qui reposait sur ses épaules! Mais bon... Ce n'était pas un démon, autant dépenser son énergie sur les dits-démons. Satsujin ne savait plus trop quoi faire. Lui raconter...ou ne pas lui raconter ? Lui raconter quoi exactement...? Alors qu'il réfléchissait au parole qu'il allait prononcer, il ramena instinctivement sa jambe aussi près de son corps qu'il put et fourra sa main dans sa botte , en resortant ainsi de la doublure un long poignard à la lame étincelante. Ré-étendant ses jambes devant lui, il posa le poignard par terre, s'étira longuement, puis le reprit, traçant ainsi des formes abstraites dans la terre froide, ne se souciant absolument pas de la femme qui devait être apeuré.

-Ne vous attendez pas à un roman rose...Et je vous permet de partir en court, je ne me froissera pas...J'ommeterais des choses...Vous ne pouvez pas tout savoir, bien entendu.

Dessinant un arbre au forme sommaire, il jeta un regard sur un tas de neige tout proche, puis soupira lentement. Son coeur le faisait autant souffrir, sinon plus, mais heureusement, il était parvenu, voilà quelques mots, à contrôler son ton complètement détruit et rempli de détresse pour le remplacer pour un ton simplement désolé... En effet, à 'choses', sa voix avait radicalement changé du ton déchirant et lacinant à celui simplement triste et blasé.

-Ainsi donc...Je suis né. Ma mère est morte à l'accouchement, mon père s'est suicidé, on m'a envoyé dans une famille d'acceuil. J'ai souvent changé de famille d'acceuil...J'ai fait quelques choses que tous devrait me féliciter...Mais on n'a pas cru ainsi.. et on m'a envoyé dans un centre de détention pour jeunes délinquants- j'avais 16 ans, tout ou plus, si je me souviens bien...-. J'en suis sortit plus tard, j'ai appris par un homme que mon père m'avait légué une grosse somme dans un compte en banque...Je me suis acheté un appartement, j'y ai vécu.Et..

Il fit une pause, effaca du revers de la main l'arbre dont les branches s'étendait jusqu'au sol, puis s'entreprit à dessiner autre chose.

-Enfin, ce jour. J'ai rencontré l'Ange. L'Ange était...si belle. Descendu des cieux, elle était là pour m'aider dans ma mission, comme Issei...Et Okije..Mais surtout, pour me faire connaitre..un..sentiment. Aussi execrable soit-il les sentiments, celui ci était magnifique. Elle n'avait pas peur. De rien. Ni de moi, ni de mon passé, ni de ce que j'avais fait , ni de ce que je devais faire, ni de ce que je possédais...Rien. Elle était magnifique. Mais je me suis permis de l'aimer, et voilà...Qu'elle est morte.

Il s'arrêta soudain, se souvenant des paroles Issei. Plantant son long poignard dans la forme indisctincte sur le sol fermement, il se tourna brusquement vers la jeune femme.

-Je ne l'ai pas tué.Non. Ne croyez pas-cela...On ne tue pas les anges. C'est elle qui...

Réussirait-il à finir? Ce ton, qui commencait de plus en plus à devenir indifférent, s'étouffa alors. Et c'est sur un ton encore plus déchiré qu'il continua comme il n'avait jamais parlé.

-C'est elle qui s'est donné la mort. Devant moi. Elle....n'en..

pouvait plus de moi...Mais il ne finit pas sa phrase, trop ébranlé. Passant une main dans ses cheveux, il prit une grande inspiration, et se fit violence pour reprendre sur soi. Il devait arrêter d'être ainsi, écraser ses sentiments, faire taire la douleur de son coeur, ne plus y penser. Mais son corps lui revenait sans cesse à l'esprit...

-C'est pour ca que tout à l'heure...Les images m'ont revenus...Je l'ai vu, là bas, étendu sur la neige...Elle doit y être encore, d'ailleurs...Je ne sais pas ce qu'elle faisait là. Était..Ruelle...L'ai pas tué...On ne tue pas un Ange...

Encore une fois, il se perdait dans son délire. Délogeant son poignard de la terre, il n'eut qu'une envie: Se faire souffrir, ou partir. Levant lentement la lame, il la fit courir sur la manche de sa veste, que, bien vite, il enleva, dévoilà son t-shirt plutôt court avec ces petits pandas joyeux, sa peau blanche... Posant sa veste noire à sa gauche sur le sol, le posa la pointe de la lame sur son bras, la regarda un instant, puis se reprit. Pas devant la femme. Lui jetant un regard indéchiffrable, il réussit à lâcher quelques derniers mots tel un soupirs.

-Voilà...Depuis le commencement. Vous?

Cela ne l'interessait absolument pas, certes, mais ça lui donnerait le temps de réfléchir..

[Long, mais nul >.<]
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Invité le Jeu 26 Juin 2008, 11:18 am

[ c'est pas nul, arrête Rolling Eyes ]


" Vous savez, si j'avais vraiment envie de partir, que je froisse la personne ou non me serait complètement égal. Je suis une idiote, je ne sais pas pourquoi je suis restée ici jusqu'à maintenant..."


Satsujin ouvrit sa veste et Callie pu admirer les trois pandas qui faisaient des pirouettes sur son torse. Elle eut un sourire en pensant que ce n'était franchement pas le genre d'habits qu'elle l'imaginait mettre. Comme quoi, la vie réservait bien des surprises. Et ça, niveau surprise, ils étaient tous admirablement bien servis...
Le jeune homme évoqua le fait qu'elle ne devait parler de lui à personne, sinon "il" risquait de le surveiller encore plus. Euh, "il" ? C'était qui ça... ah ! Peut être la police ? Le FBI ? Le CIA O.o ? L'ANPE ! * ZBAAAAM * Aieuh.
Ses yeux retombèrent sur son interlocuteur qui se laissait glisser contre le tronc de l'arbre, emportant son chandail bordeau. Euh, un dos nu frottant contre l'écorce, c'était pas censé faire mal ?

* Callie, t'es pas sa mère >____< ! *

" Eh, fais attention, tu vas te râper sévèrement le dos o.O ! "


Trop tard.
Manifestement, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de faire attention à tout le monde comme si elle avait à faire avec ses enfants. Stupide instinct maternelle qui la faisait s'inquiéter pour un rien, et parfois pour de parfaits inconnus. Enfin maintenant, Satsujin n'était plus vraiment un inconnu, non ? Bon, ok, mais c'était pas une raison pour le couver comme elle couvait Andrew ==' Stupides réflexes maternels ><'
Plongée dans ses pensées, elle se sentit soudain comme observée pas des rayons X. Elle releva les yeux et croisa ceux du jeune homme qui la détaillait... bah dans les moindres détails. Euh ?
Il évoqua le fait qu'il était bien plus agressif d'habitude. Aho, elle devait s'en réjouir ou... ? Bref. Callie leva un sourcil mais ne broncha pas lorsque Satsujin sortit un long poignard de sa botte. Elle le regarda le poser, s'étirer puis le reprendre pour tracer des formes abstraites sur le sol.
Elle acquiesça lorsqu'il s'exclama qu'elle ne devait pas s'attendre à un roman rose comme il disait, genre comme si elle y avait pensé un seul instant. Il lui permit même de partir dès qu'elle voulait, c'était-il pas sympa ? Sauf que mon vieux, t'as à faire à une vraaaie bourrique de chez bourrique, donc bon, pas de chance. Son ton avait changé vers le milieu de sa phrase, ce qui étonna Callie dont l'attention se fit encore plus grande. Elle écouta donc son histoire ; le regarda recommencer à délirer. Au moment où il posait la pointe du poignard contre sa chair, la jeune femme se hissa sur ses genoux et tendit une main pour l'en empêcher, sentant soudain la peur s'emparer d'elle. Mais Satsujin reprit ses esprits et relâcha sa prise sur le poignard. Callie soupira puis s'exclama :

" Je vous crois, Satsujin. Si vous dites que vous ne l'avez pas tuée, je vois crois. "


Et elle le croyait ; sincèrement. Comment pouvait-il se mentir à lui même avec une telle voix ? Bref, elle le croyait.
Il lui demanda par la suite "vous ?", elle en conclut qu'il lui demandait à son tour de lui raconter. Callie Rose eut un sourire et répondit :

" Moi, on s'en contrefiche. Et puis je pense sincèrement que ça ne vous intéresse absolument pas. Si un jour cependant cela vous intéresse vraiment, je serais ravie de faire ma pipelette. "


Elle avait cependant une dernière question.


"L'ange... comment s'appelait-elle ? Et votre mission... qu'est-ce exactement ?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Satsujin Sukizo le Jeu 26 Juin 2008, 9:13 pm

-En effet, j'en ai rien à foutre...

Eh bah, c'est vrai quoi. La vie de la jeune femme devant elle, Callie qu'elle s'appellait, Satsujin en avait carrément rien à battre. Elle lui aurait dit, il aurait pas écouter un poil. Peut-être le moment où elle parlait de son Ange...Mais ce n'était surement pas un Ange, de toute manière. Enfin, peut-être...Il ne pouvait en être sur, certes, mais il était sur d'une chose: Ce n'était pas la même sorte d'Ange que son Ange à lui...Cette femme était définitivement étrange...Elle avait l'air réellement de se préoccuper de lui, alors qu'il ne la connaissait même pas. Elle avait même eu peur lorsqu'il avait posé le bout de sa lame sur sa chair blanche. Et elle lui avait dit de faire attention lorsqu'il avait lentement râpé son dos sur l'écorce de l'arbre. Il devait peut-être même saigner à quelques endroits en ce moment..Tanpis. Et elle la croyait sur le fait qu'il n'avait pas tué l'Ange...Enfin, ce n'était qu'un bon point...

-Vous savez, il faut parfois s'infliger nous même des sentences...lui avait dit le schizophrène d'un ton mystérieux lorsqu'elle s'était hissé sur les genoux, mains tendu devant lui, alors qu'il avait dans l'idée de se déchirer les chairs en une longue taillade.

Ses dernières questions posaient cependant plus de problème. Le nom de son Ange...Et sa mission. Mais le Nom de l'Ange. Satsujin sentit les pinces chauffé à blanc qui maniait son coeur se serré sur son organe presque sous le point de le faire exploser. Le nom de l'Ange... Sans qu'il puisse les contrôler, des images défilèrent trop nette dans son esprit. L'Ange et lui, main dans la main, assis sur son lit...L'Ange et lui s'embrassant...L'Ange marchant dans la rue, ses cheveux balançant lentement derrière elle...L'Ange assis sur un banc, un livre posé sur ses genoux, la première fois où il l'avait rencontré...Son regard brillant, passionné mais calme qu'elle avait levé vers lui lorsqu'il s'était assis à ses côtés... Ses bijoux en bois qu'elle accrochait à ses oreilles... Le collier qu'il lui avait offert reposant à la naissance de sa poitrine... Le creux de sa nuque lorsqu'il lui murmurrait lentement des mots doux... La bague de fiancaille brillait à son doigt..Sa main si douce qui parcourait lentement son bras... Son regard si doux et interessé lorsqu'il lui avait montré ses armes... La peur brulant dans ses prunelles alors que ses voix l'assaillait, un jour, de tuer un certain démon et qu'il délirait...La colère qu'elle avait eu lorsqu'il n'avait pas mangé pendant 2 jours et qu'elle l'eut apprit.. Il avait beau fouillé dans tous les recoins de son esprit, tourné et retourné chaque souvenir, les secouer pour en faire tomber le contenu, il ne trouvait pas...

-Je..Je sais plus...finit-il par dire d'une voix déchiré.

Se prenant lentement la tête entre ses mains, posant son poignard sur ses cuisses, il prit une grande goulée d'air. Il ne se souvenait plus. Il n'arriverait plus à s'en souvenir. Il..N'arriverait plus. Comment s'appellait-elle ? Quel nom avait-elle emprunté pour venir sur Terre? Lequel...Lequel?

-J'arrive plus à me souvenir...d'une voix encore plus troublé.

Elle lui avait dit plus d'une fois...Mais il s'évertuait toujours à l'apeller l'Ange. Quel était son prénom... Comment...S'appelait-elle...Il ne pouvait pas avoir oublié...Oublier son prénom se résumait à oublier un peu de son existence, se résumait à ce qu'il effacait donc lentement ses souvenirs d'elle..Mais. Non. Il ne fallait pas...

-Je...sais vraiment plus...acheva-t-il sur une voix de détresse.

Rejetant la tête en arrière pour se l'acoter sur le tronc de l'arbre, il ferma les yeux aussi fort qu'il put , sentant les larmes monté lentement. Il ne pouvait plus pleurer une deuxième fois devant Callie..C'était complètement exclu. Il ne pouvait tout simplement pas. Inspirant profondément et longuement, il expira jusqu'à ce que ses poumons fussent sur le point d'exploser, restant ainsi une vingtaine de seconde ainsi,privé d'air, son coeur tambourinant plus fort dans sa poitrine, avant de reprendre une respiration normale.

-Ma mission? Tuer les démons.

Il était si troublé qu'il ne se rendit même pas compte de la porté de ce qu'il venait de dire. Quel était donc le nom de son Ange...? Il devait savoir.
avatar
Satsujin Sukizo
Oh pretty boy ~
Oh pretty boy ~

Féminin
Nombre de messages : 163
Âge [rp] : 23 ans
In love? [rp] : ¬_¬ C'est sérieux cette question?
Étude|métier [rp] : Nothing ~
Date d'inscription : 02/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://wordsareperfects.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Invité le Sam 28 Juin 2008, 11:05 am

" En effet j'en ai rien à foutre " -> bah tiens, qu'est-ce qu'elle disait ? Callie ne renchérit pas, ne relevant pas, se contentant d'attendre que le jeune homme parle puisque, lui, n'en avait rien à foutre que, elle, parle. Euh, il fallait s'infliger des souffrances ? Là Callie n'était pas d'accord.

" Je pense que vous avez assez souffert comme ça, pas la peine de vous en infliger plus, c'est complètement idiot, et ça ne servirait à rien. "


Lorsqu'elle lui demanda comment s'appelait l'ange, Satsujin se figea soudainement. Il ne se rappelait plus de son nom ? Etrange... Il semblait qu'il commençait à paniquer, à perdre ses moyens. Zut, elle n'avait pas voulu poser une telle question pour le faire souffrir, juste pour se renseigner >.<'. Il n'arrivait donc plus à se souvenir. Un blocage ? Sûrement...
Puis elle lui demanda quelle était sa mission, et là le jeune homme lui répondit que c'était de tuer les démons. Euh ? Est-ce qu'il était en train de se foutre royalement de sa gueule ou... ? Tuer les démons, genre Charmed et compagnie ? Euh, ouais, pourquoi pas ._.

" Et...euh... des démons, tu en as tué beaucoup o.O ? C'est assez bizarre comme mission... peu commun tout ça, c'est sûr..."


Par moment, il lui arrivait de se demander ce qu'elle foutait ici à taper la causette avec un inconnu aux penchants schizophrènes. Puis à d'autres moments elle était persuadée que c'était normal et qu'il y avait un but à tout ça.
Dans son sac, son téléphone se remit à sonner, la faisant sursauter. Elle regarda tour à tour Satsujin et le sac, puis farfouilla à l'intérieur et en sortit son portable qu'elle ouvrit.

" Allo ?
- Callie ! ENFIN ! "


C'était la voix de la baby-sitter. Le sang de la jeune femme commença à pulser plus fort dans ses veines. Mauvais présentiment.

" Callie... Je vous ai appelée tout à l'heure et... vous ne répondiez pas.... C'est Andrew...
- Yumi, viens en au fait s'il te plait !
- Hum... je vous appelle de l'hôpital et...
- PARDON ?!
- Rien de grave, rassurez vous ! Andrew a fait ce que les medecins appellent une crise d'épilepsie bénine. Malheureusement, elle s'est compliquée et Andrew a contracté une sorte de crise d'asthme. Les secours étaient déjà là quand l'asthme s'est déclenché, ils ont donc pu sauver Drew à temps...
- ...
- Callie ?
- J'arrive tout de suite. "


La jeune femme raccrocha et inspira une grande bouffée d'air frais, les yeux brillant de larmes. Andrew... hôpital... Noon, nooon ! Une crise d'épilepsie ? Se transformant en crise d'asthme ? Bordel de bordel de merde.
Elle se tourna vers Satsujin en se relevant, essayant de retenir les larmes qui se bousculaient au bord de ses yeux. Tout allait bien, Andrew était sain et sauf, pas la peine de pleurer !

" C'est... c'est mon fils. Il est à l'hôpital suite à des complications... Je... je dois y aller. J'habite en face du parc... à un jour prochain, peut être. Ce jour prochain, j'espère que vous pourrez me dire le nom de l'Ange..."


Sur ce, Callie tourna les talons et se mit à courir, direction l'hôpital quelques rues plus loin.



[ ERF, j'espère que tu ne m'en veux pas pour cette fin expéditive xD ]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'ange

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum