Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Invité le Dim 09 Sep 2007, 9:10 pm

Ambre ne pouvait pas vraiment être considèrée comme chanceuse. En fait, si on l'a regarde de plus près, on pourrait dire que cette demoiselle a rarement une visite de celle-ci. Comme par exemple, la fois où elle s'est fait malencontreusement embrassé sans sa permission ou bien la fois où elle fut projeter dans une fontaine par son cousin pour éviter deux gamins qui conduisaient un cadis et qu'elle portait une robe blanche ce jour-là. Non, Ambre n'est pas chanceuse, mais il lui arrive d'avoir de belles surprises. Comme Adam, non, il n'est pas vraiment une surprise, mais plutot comme un calmant en quelque sorte. Il la fait rire et sourire tellement facilement qu'elle se trouve stupide de rire pour de telles idioties. Mais bon, il faut dire qu'il l'a mettait asser en l'envers également.

Pour en venir au point principal, je tiens tout simplement à dire qu'encore une fois, Ambre ne fut pas très chanceuse aujourd'hui. Et comment ça c'est terminé cette fois ? Tadadadada. . . Et oui, à l'hopital. Rien de grave par contre, enfin, à ses yeux et même si ça fait mal comme tout. Je suis certaine que vous voulez savoir ce qui lui est encore arrivé. . . Très bien, je vais vous le dire. Sa mère lui avait demander de venir l'aider à faire des travaux chez elle. Des travaux manuels si vous voyez ce que je veux dire. En fait, sa mère voulait refaire son comptoire et tout était parfait. Il ne manquait plus qu'à sabler le contour pour ensuite coller la bande et voilà !

Donc, Ambre, voulant éviter à sa mère des travaux inutiles, c'était portée volontaire pour tout finir. Empoignant la sableuse, elle demanda à sa mère un rafraîchissement avant de commencer. Allumant la machine qui lui compliquait bien moins la vie, la demoiselle débuta. Tout se passait bien, en fait, elle était même plutot douée. Elle avait même l'apparence d'une travailleuse hors paire. Non, on ne voyait pas la demi-lune comme tout cliché qui se respecte, elle ne faisait pas 'si' travailleur que ça. Donc, pour en revenir aux faits, sa mère lui déposa un verre de jus sur le comptoir avant d'aller s'aquitter à d'autres taches. Et c'est là que ça c'est produit.

Elle avait soif et donc, elle voulait boire, tout de suite. Après tout, elle pouvait bien tenir la sableuse d'une main et son verre de l'autre non ? Convaincue que si, c'est ce qu'elle allait faire, sauf que ses doigts glissèrent et alors qu'elle allait échapper le verre, elle essaya de s'y prendre avec les deux mains. Seulement, elle n'avait pas songée qu'une de ses mains était occupée avec la sableuse. Résultat, un petit sablage de bras et un cris plus tard, les deux femmes se dirigeaient vers l'hopital. Ce n'était pas si grave, mais mon dieu que ça faisait mal. N'essayer jamais de vous sabler la chaire, c'est dangereux.

Donc, un bandage sur le bras taché de sang et une bonne grimace au visage, Ambre se dit que jamais, oh plus jamais et essayerait de boire en sablant. Non mais, ce qu'elle pouvait être stupide quand elle le voulait. Sa mère la regarda comme si elle avait cinq ans, comme lorsqu'elle avait engloutit le gateau d'anniversaire d'Adam un jour avant sa célébration. Elle n'était pas contente, mais aussi inquiète. Et pour la mère d'Ambre, une mixture de colère et d'inquiètude n'était jamais une bonne chose.

En arrivant en face de l'hopital, Ambre décida donc d'y aller seule. 15 minutes plus tard, elle put finalement y entrer après avoir convaincue sa mère que rien n'allait lui arrivé. En entrant dans l'édifice, la demoiselle fut accueillie par l'unique odeur de l'hipital. Comme elle détestait cet endroit. Tout là-dedans la rendait mal à l'aise. Vêtue d'un jean et d'un t-shirt légèrement déchiré vers la manche ( là où elle s'est sablée ) la demoiselle allait se diriger vers le comptoir approprié lorsqu'elle remarqua que son bandage n'avait plus vraiment l'aire d'un bandage.

Grognant légèrement, elle essaya de le refaire le mieux qu'elle put jusqu'à ce qu'elle se rende compte qu'il était collé à sa blessure. Oh non, oh non, oh non, oh non. . . Fermant les yeux et se préparant au pire, Ambre décida de le laisser comme tel. Plus question qu'elle y touche. Vous imagniez ce qui pourrait arrivé si elle le faisait ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Yukimura Sôma le Ven 14 Sep 2007, 1:05 am

Et cette belle après-midi n’est rien de moins qu’exceptionnelle pour le jeune Yukimura Sôma – vieilli avant l’âge d’ailleurs par de grands airs froids et distants et un pli aux lèvres perpétuellement ennuyé. Exceptionnelle, oui, parce qu’il n’a pas cours ! Dans sa section, ça n’arrive vraiment pas souvent, et ça mérite d’être souligné et tout ce que voulez. Au lieu de fêter cette chance inespérée en glandant comme tout bon autre étudiant le ferait, Yukimura, lui, a départagé deux options qui lui paraissent aussi raisonnables l’une que l’autre :

Option numéro 1 – Réviser toute la journée,
Option numéro 2 – Passer à l’hôpital voir ce qu’il s’y trame.

Les deux options prenant corps dans le cadre suivant : surtout, éviter la famille pour aujourd’hui. Bref, il a évidemment choisi la numéro 2, parce que réviser tout le temps, ça crâme les neurones de n’importe qui. Et dans le couloir aseptisé et à la drôle d’odeur permanente, se balade vêtu d’une blouse blanche des plus professionnelles assortie d’un joli badge à son nom qui l’annonce comme interne – c’est d’ailleurs totalement faux et on se demande où il a bien pu récupérer ça, et à quel prix – le Yukimura content d’augmenter sa culture générale sur son futur métier. Enfin, content c’est vite dit, n’oublions pas de qui nous parlons. En tous cas, l’interne inconnu aux beaux yeux bleus-gris impressionne beaucoup les médecins présents par son professionnalisme, et ils se demanderont après où il a bien pu passer !

Mais nous n’en sommes pas encore là. Après avoir observé longuement les grands brûlés, la partie dentaire, et la pédiatrie, le maudit du cheval parcourt d’un pas vif les urgences, sans paraître préoccupé par les cas qui l’entourent. Il doit poser une certaine question à un certain médecin, et ce ne sont pas quelques bras cassés qui vont l’arrêter, tiens ! Une mère l’arrête en l’attrapant par le revers de la blouse, et il répond rapidement et d’un ton agacé à ses questions. En une journée à l’hôpital, il a parfaitement appris à jouer les médecins, c’est assez saisissant. Il atteint son but, pose sa question au bon médecin, et reste quelques instants appuyé sur le comptoir de la standardiste à méditer. Ladite standardiste glousse, ce qui lui vaut un regard froid lancé en coin, et une fuite précipitée de Yukimura – c’est pas comme ça qu’on va réussir à le draguer, non mais.

Ses mouvements pour éviter les gens dans les couloirs assez étroits de l’hôpital sont à la fois machinaux et discrets – il faut dire qu’il les répète depuis qu’il est très jeune, il a fini par acquérir la technique. Avec son déguisement d’interne, il se repère d’assez loin dans la foule, surtout qu’il est plutôt grand. Il trouve enfin une petite alcôve où il s’arrête, consultant un dossier d’un air absorbé, mordillant ses lèvres, cheveux tombant devant les yeux. Un Sôma, donc un beau gosse, forcément. Le dossier à la main, il repart à l’aventure dans les couloirs, s’éloignant peu à peu du gros de la cohue. Impossible de savoir ce qu’il peut bien vouloir faire maintenant ! Yukimura est un garçon assez obscur, même ( surtout ? ) pour sa famille.

Et en remontant les couloirs, il heurte – fort heureusement, seulement de la main – une jeune fille qui regarde son bras en grimaçant. Les yeux durs s’arrêtent sur la grimace tout d’abord, puis sur le bras. Ah, accident domestique… Il plisse les yeux, incline la tête sur le côté et pris d’une impulsion soudaine, décide d’être pour une fois social et serviable.

« Je peux sûrement vous aider » affirme-t-il à la jeune fille, avec un sourire rassurant.

La pauvre, elle est tellement jolie qu’elle ne devrait pas souffrir… Il ne se dit peut-être pas exactement ça, mais Ambre naturellement arrive un peu plus à l’amadouer que d’autres personnes.
avatar
Yukimura Sôma
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~

Masculin
Nombre de messages : 177
Âge [rp] : 21
In love? [rp] : Saleté de macaque !
Étude|métier [rp] : Etudiant - 2nde année de médecine
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Invité le Ven 14 Sep 2007, 4:14 am

[ J'avais beaucoup d'inspi, il fallait que je l'extériorise. x) ]

* Okay, n'y touche plus. . Non ! J'ai dit non ! Aïeuuuuh ! *

Erf, c'est pas cool quand votre corps n'obéit pas à vos indications. Alors qu'Ambre tentait désespérément de se convaincre que de toucher à son bandage coller ne lui ferait que plus mal, sa main, elle, ne semblait pas du même avis et encore une fois, elle essaya de le décoller, ce qui lui valut de nouveau une belle grimace. Bizarre quand on se dit ' n'y touche pas ! ' et hop, il faut qu'on y touche. La jeune femme se maudissait d'être aussi tête de mulle. Après tout, c'était sa première fois avec une sableuse et sa mère lui avait même proposer de le faire elle-même dut à cette raison. Parce que, avec la chance qu'elle a, elle pourrait finir par se blesser. Nooooon, je te crois pas. . .Tsk.

Non mais ! Qui lui a effleurer l'estomac ? En fait, elle n'avait pas vraiment le temps de remettre la personne en place puisqu'elle était bientôt occupée à masquer sa douleur. Tout de même, elle releva la tête pour plonger ses yeux dans un océan metallique. Muette pendant un moment, occupée à le détailler et a essayer d'oublier la douleure, elle finit par retrouver sa voix et secoua légèrement sa tête pour remettre de l'ordre dans ses pensées. Souriante, elle se gratta la joue avec son index, se sentant un peu bête. Un peu plus et on pouvait voir sa salive couler. Mais bon, c'est pas de sa faute si il était beau gosse.

Pinçant les lèvres, elle lui répondit quelque peu nerveuse, surtout parce qu'elle déteste tout instrument qu'on peut lui présenter et qui, semblerait-il, permette aux médecins de les aider dans leur routine.

" Ce serait vraiment gentil. "

Et voilà, maintenant elle ne peut plus fuir, elle doit faire face à ces intruments de malheur. Toujours le bras tendu, elle gigote faiblement. Qui aurait cru que se sabler ferait si mal ? Se répètait-elle ? Mais bon, elle souffre, il ne faut pas lui en vouloir ! . . . On dirait une brûlure au troisième degré. Quoi ? Elle exagère ? Mais sa fait mal é.è ! Plus jamais elle n'approche cette machine de l'enfer, plus jamais !

Tout de même, il y avait de bons côtés, au moins la personne qui allait s'occupper d'elle n'était moche à regarder, loin de là. Moui, c'est encore la douleure qui la fait penser comme ça. Elle délire. De toute manière, elle a droit de trouvé quelqu'un attirant, nan ? Il ne faut juste pas en glisser un mot à Adam. Pourquoi en parlerait-elle avec Adam ? Franchement, on ne dit pas à son meilleure ami garçon qu'elle vient de rencontrer un beau médecin. Arf, elle déraille. . . C'est tellement hors sujet. Concentration Ambre !

Oh, un badge. Et comment s'appelle ce bel appolon ? Plissant quelque peu les yeux tout en s'abaissant pour bien voir le badge en question, elle se redressa ensuite, un nouveau sourire sur les lèvres.

" Yukimura Sôma ? Enchantée, je m'appelle Ambre Ansel. Oh et vraiment, merci de vous occupez de moi. "

Lui dit-elle avec un léger rire nerveux. Elle détestait l'odeur de cet endroit, elle détestait l'ambiance froide des lieux, les couloirs étroits. . . Au moins, elle ne sera pas obliger d'attendre une demi heure avant qu'on la soigne.

. . .

Une minute. Sôma ? N'est-ce pas la famille sur laquelle les Ansel, dont Ambre, devait découvrir la source de leur malédiction ? . . . Elle veut bien garder un oeil sur ce Sôma là. par pur bonté biensûr. U.U

* Ambre, tu agis comme une vraie adolescente >.< *

Elle devait se ressaisir. . . Mais tout de même, est-ce que tout les membres de la famille Sôma étaient aussi beau ? Woah. En fait, c'était un peu comme les Ansel. Ambre pouvait se considèrée jolie, elle n'était pas laide, elle le savait et toute sa famille, enfin, les maudits qu'elle cotoyait tout les jours étaient biens jolis également. Adam étant le premier, mais bon, ne commençons pas sur ce sujet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Yukimura Sôma le Sam 15 Sep 2007, 12:59 am

Yukimura tient à entretenir son image très glacée du mec distant, et c’est pour ça qu’il s’intéresse bien plus à la blessure de la jeune Ambre plutôt qu’à ladite Ambre elle-même. Mais comment a-t-elle pu se faire ça au bras, hein ? Faudra lui expliquer comment des gens peuvent être aussi insouciants ou peu doués pour se faire mal à ce point… Lui personnellement, évite les accidents et la douleur du mieux qu’il peut – c’est vrai quoi, les urgences, c’est pas vraiment son délire, contrairement à certains de ses petits cousins dont il ne citera pas le nom, mais dont il ne pense pas moins, n’est-ce pas Kaede. Bref, la question n’est pas là, et la moue agacée qu’il a un instant affichée à la pensée de sa jeune famille a bientôt disparu alors qu’il se concentre plus sérieusement sur la plaie d’Ambre. Ah oui, très intéressant. Ca doit faire très mal, d’où la présence de la jeune fille aux urgences, mais ce n’est pas grave. Heureusement, parce que malgré son déguisement et ses attitudes assurées, il n’est nullement habilité à soigner quelque chose de plus sérieux. Il redresse le nez vers la jeune femme avec un sourire à l’expression froide et douce en même temps, ayant la politesse de ne pas paraître remarquer son trouble.

« Et si on bougeait de ce couloir, hein ? Venez par ici… »

Il l’emmène dans un coin moins agité de la section des urgences, guidant Ambre du bout de ses doigts appuyés sur son épaule. Dans ce coin-là, il y a des lits qui ont l’air – il faut le dire – très peu confortables, des armoires en fer remplies ras la gueule de médicaments de toute sorte. Avec une expression affairée, et l’air de savoir ce qu’il fait, il en tire deux ou trois désinfectants, plus un bandage. Pour le moment, aucun instrument en vue, Yukimura a l’air d’être plutôt manuel comme médecin – tout jeu de mots douteux mis à part évidemment. Ambre est invitée à s’asseoir sur l’un des lits, puis il s’occupe de son bras, lèvres pincées. Avant de se faire la réflexion qu’il serait peut-être plus aimable de lui parler – c’est vrai la pauvre, elle doit souffrir.

« Et vous vous appelez comment ? »

Il commence par enlever l’ancien bandage d’Ambre tout doucement, en réussissant le miracle de ne pas trop lui faire mal, grâce à des gestes mesurés. Pour le moment, il ne parle pas trop concentré sur sa tâche, lèvres pincées dans une moue de concentration intense. Ensuite, il passe le plus doucement qu’il peut une gaze stérilisée imbibée d’alcool fort sur la plaie, mais malgré ses efforts, ça doit sérieusement piquer. Du coup, il parle beaucoup plus que ce qu’il fait d’habitude, histoire que la jeune femme puisse penser à autre chose qu’à la douleur qui lui mord le bras – mais quoi, il faut bien désinfecter, il n’y peut rien lui. Deuxième étape, il étale sur la plaie une pommade très froide – sensation qui endort un peu la douleur, et laisse échapper un petit sifflement.

« Mais comment vous avez réussi à vous faire ça ? Il faut faire attention avec les accidents domestiques vous savez… Enfin, tout le monde connaît les statistiques. Ca doit être très traumatisant pour les personnes rescapées en plus, déménagement, tout ça… »

Bon il parle plus que d’habitude, c’est bien, mais il ne dit pas des choses réconfortantes pour autant, le Yukimura… Quand on est pessimiste, on le reste quelque soit la situation, hein, on n’se refait pas ! Une fois la pommade étalée, il bande le bras d’Ambre avec dextérité, sans plus la faire souffrir, puis passe les doigts sur son œuvre, assez satisfait de lui-même.

« Voilà c’est protégé, et ça ne devrait plus trop faire mal… Si vous refaites un bandage, pensez à mettre ça en dessous, ça évitera que le tissu reste collé dans la plaie. »

Il lui donne une quantité importante d’échantillons de la pommade, avec un léger sourire en coin. Et comme il a décidé que c’était sa pause, il s’assied à côté d’elle, mains posées de chaque côté des cuisses.

« Ah… Dure journée ! »
avatar
Yukimura Sôma
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~

Masculin
Nombre de messages : 177
Âge [rp] : 21
In love? [rp] : Saleté de macaque !
Étude|métier [rp] : Etudiant - 2nde année de médecine
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Invité le Sam 15 Sep 2007, 5:30 am

Bouger de ce couloir ? Bonne idée. Aquiescant faiblement, elle se laissa conduire dans les nombreux couloirs. Faisant attention pour que son bras blessé ne rencontre aucune forme tout court, elle le plaça asser éloigner d'elle, mais pas trop pour dire qu'elle le collidait avec tout les passants. L'entourage nouveau pour la jeune femme était autant fascinant qu'étrange. Enfin, fascinant, on peut le mettre en guillemet, puisque c'est asser sarcastique. Franchement, on pourrait croire que l'établissement serait très bien occupé, et ce en tout lieux, mais en voyant les instalations, elle se demandaient quel genre patient pouvait bien être traité ici. Mordillant faiblement sa lèvre, elle observa le jeune homme qui empoigna quelques affaires avant de lui offrir de s'asseoir.

Pas très confortable, Ambre était certaine qu'à la fin, son arrière train allait souffrir. De nouveau, Yukimura porte son attention vers sa plaie et Ambre, même si elle n'aimait pas trop la vue du sang ou tout autre chose dans le genre, regardait tout de même, étudiant la manière dont se prenait le jeune interne pour la soigner. Son nom ? Tiens, elle ne lui avait pas déjà dit ? Peut-être qu'il avait été trop concentré à étudier sa blessure. Finalement, elle avait parlée dans le vide sans le savoir. Et présentement, elle se sentait un peu bête de devoir se répèter.

" Oh. . . Ambre. "

Sa réponse se termina par une machoire crispée alors que le jeune homme lui retira le bandage. Le tout se suit par un petit sifflement alors que la jeune femme fermait fortement les yeux. Maudis soit cette sableuse. Ambre se mordait maintenant l'intérieure de la joue. Asser orgueilleuse sur ce point, elle désirait resté le plus silencieuse possible. Après tout, comment pouvait-il la soigner si elle se plaignait tout le temps ? Laissant s'échapper un nouveau petit rire embarassé et mécanique, Ambre reporte son regard sur sa blessure, maintenant recouverte d'une pommade.

" Une drôle d'histoire, vous savez. Disons tout simplement que je ne suis pas très douée pour les travaux manuels, surtout avec une sableuse. . . "

Finit-elle avec un léger froncement de sourcils. Cependant, elle préféra ne pas faire de commentaire sur le reste de ses paroles. De toute manière, c'était plus un exemple pour démontrer ses points de vus qu'autre chose. Elle aquiesca de nouveau, mais cette fois, elle semblait un peu plus rêvasser, perdue dans ses pensées. Sentant une nouvelle surface sur sa plaie, la demoiselle vit qu'il bandait son bras. Elle prit les échatillons de la pommade avec un sourire. Que Dieu bénisse les pommades.

" Merci. "

Elle remua légèrement son bras, son sourire s'agrandissant un peu plus. Oi, qu'est-ce qu'il fait assis à côté d'elle maintenant ? Bah, elle ne s'en plaindra pas non plus. >.>
Approuvant son commentaire, elle essaya d'époussoter son haut taché de brins de cis.

" Vous pouvez le dire. "

Aucun succès, elle est condamnée à rester sale pour le moment.

" Vous êtes nouveau dans le métier ? "

Lui demanda-t-elle pour faire la conversation. S'il compte rester un peu, il faut bien qu'elle se montre aimable.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Yukimura Sôma le Mar 18 Sep 2007, 4:10 pm

Effectivement, Yukimura a complètement occulté le moment de la conversation où Ambre lui disait comment elle s’appelle… Ca montre bien l’intérêt général qu’il a envers les autres humains, il les écoute parler sans même imprimer ce qu’ils lui disent, et il les fait répéter sans vergogne un peu plus loin dans la conversation. Ambre se sentira donc bête toute seule, Yukimura n’est pas homme à s’excuser ou se justifier – et là, il ne s’est rendu compte de rien. Il semble concentré sur le soin de la blessure de la jeune femme, et répond vaguement, yeux fixés sur la plaie.

« Oh, c’est un très joli prénom. »

Petit test : lui demander comment s’appelle sa patiente. Il a sûrement du déjà l’oublier, puisque ce n’est pas le point qui l’intéresse présentement chez elle. Il lui jette un coup d’œil en coin en se rendant compte qu’elle grimace de douleur quand il lui retire le bandage. Ah ben oui, ça fait mal, mais il fallait faire attention avec cette… sableuse ? Il souffle sur une de ses mèches de cheveux égarée devant ses yeux.

« Une sableuse. Effectivement, vous n’êtes pas très douée, je ne saurais que trop vous conseiller d’embaucher des gens plus compétents pour vous aider ! »

C’est une plaisanterie, apparemment, au vu du sourire amusé que Yukimura envoie à la jeune Ansel, sans que l’expression joyeuse parvienne à atteindre ses yeux bleus gris. Il la regarde d’un air très peu concerné tenter de nettoyer un peu son haut, puis détourne le regard, passant une main sur sa nuque tendue, cils demi-baissés sur ses iris. Présentement, c’est comme si toute la fatigue de la journée pesait sur son corps, il sent qu’il a besoin d’un peu de repos avant de repartir – voire de partir carrément, après tout il ne travaille pas ici.

« Nouveau ? »

Un petit sourire à l’expression mitigée étire ses lèvres.

« Oui, on peut dire ça, je suis très neuf… Mais ce n’est pas si dur que ça. »

Evidemment, si on enlève tout le côté émotions et stress, c’est pas très dur, Yukimura. Il hausse des épaules, cale ses mains entre ses cuisses, épaules légèrement effondrées dans une attitude fatiguée, mais tout de même vaillante. Il n’a pas l’air de quelqu’un d’abattu, juste d’un jeune homme qui aurait besoin d’une nuit de sommeil. Ce n’est pas quelqu’un qui s’écoute beaucoup, soit dit en passant…

« Je ne fais pas encore ça tous les jours, j’ai du temps pour voir venir la difficulté. Et vous, à part risquer votre vie dans des travaux, vous faites quoi ? »

Il n’est ni moqueur, ni méchant, il plaisante juste. Un sourire fiché au coin de ses lèvres trahit la plaisanterie dans ses propos. Il est beaucoup moins sauvage avec Ambre qu’il peut l’être avec d’autres êtres humains, il accepte une discussion calme et posée, et même polie. Miracle !


Dernière édition par le Lun 24 Déc 2007, 8:39 pm, édité 1 fois
avatar
Yukimura Sôma
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~

Masculin
Nombre de messages : 177
Âge [rp] : 21
In love? [rp] : Saleté de macaque !
Étude|métier [rp] : Etudiant - 2nde année de médecine
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Invité le Mar 09 Oct 2007, 10:35 pm

[ Pardon pour mon énorme retard >.<'' ]

Un sourire s'esquissa sur les lèvres de la jeune femme et elle remercia silencieusement le 'médecin' pour son compliment concernant son prénom. En fait, il faut avouer que ce n'était pas très commun et c'était l'une de ses raison pourquoi la demoiselle l'aimait également. C'était une marque d'oroginalité, Ambre, portant à ses yeux, était un moyen de se personnalisé pour elle.

À la remarque de son manque d'habileté au niveau des travaux manuels, la maudite eu un sourire gêné. Oui c'est vrai, elle n'était pas très douée dans ce domaine. Le seul travail qu'on pourrait qualifier de manuel où elle ne risquait aucun dégât, c'était la peinture, mais bon, il ne faut pas avoir une maîtrise pour peinturer un mur. Quelques coups et voilà le travail, il s'agissait tout simplement d'avoir le sens du détail et de passer le pinceau de la manière à chaque fois.

Elle opina légèrement alors qu'il lui fournissait une réponse à sa question. Cependant, ses dernières paroles l'étonnèrent faiblement. Il ne trouvait pas son métier dur ? Pourtant, si elle était à sa place, à courir toute la journée ou passé des heures en opération, elle serait déjà morte de fatigue ou de stress et d'angoisse. Savoir que la vie d'un homme peut dépendre de vos mains seraient, au plus commun des mortels, stressant.

En regardant le jeune homme, épaule affaissée, elle peut bien voir qu'il y a de la difficultée dans son travail, tout le monde pourrait le voir. Mais bon, comme il dit, il peut voir venir la difficultée, reste juste à savoir si il prends les moyens pour l'affronter. Mais ça, ça ne la regardait pas.

Lorsque le sujet se détourna vers elle, la jeune femme rigola face aux propos du jeune homme. Et bien, on dirait bien que cette histoire allait la marquée durant un moment.

" Je suis étudiante en dernière année au collège. J'aimerais bien me lancer dans les arts. "

Dit-elle avec un petit sourire.

Soufflant sur l'une de ses mèches qui devenait gênante, elle lui posa à son tour une question.

" Mais, puisque vous n'êtes pas, comment dire, régulier dans le métier, est-ce que vous avez un autre emploi ? Où peut-être êtes-vous toujours dans les études ? "

Peut-être était-elle trop curieuse, elle l'était toujours. Mais à vrai dire, elle était réellement intéressée et bon, si elle posait trop de question, il pourrait toujours la remballé ou bien se trouvé une excuse et partir. De toute manière, elle n'était même pas certaine de le revoir. Dommage, il semblait asser sympathique.

Un gargouillement retentit et les joues de la demoiselle s'empourpra. Posant ses mains sur son estomac en espèrant couvrir le bruit, elle offrit un sourire embarassé à Yukimura, s'excusant silencieusement.

" Un petit creu. "

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Yukimura Sôma le Lun 24 Déc 2007, 9:39 pm

[ HJ : Sorry, vraiment ^^" ! ]

Il a l’air assez sévère à première vue, Yukimura, mais avec Ambre il fait des efforts, et fait un sourire plutôt engageant quand un bruit peu gracieux et encore moins féminin s’élève de son ventre. Evidemment, c’est pile le genre de chose qui n’arrivent jamais au maudit du cheval – il est à peine humain sur ce plan-là, comme si son envie de brider toutes ses envies et pulsions se généralisait à tout son corps – mais il la tolère chez une jeune fille aussi polie que la demoiselle Ansel. Ansel ? Le voilà qui fronce des sourcils quand il se souvient du nom qu’elle lui a donné. Il a un Ansel dans son amphi – un grand idiot, auquel il n’a jamais parlé – et s’il souvient bien, la petite Rachel, celle qui a besoin d’aide en maths, c’est une Ansel aussi… Ah ça, cette famille le poursuit, ou quoi ? Il poursuit pourtant la conversation avec Ambre avant de lui faire part de sa connaissance de quelques uns des membres de sa famille :

« Tant que lesdits arts ne sollicitent pas le maniement d’une sableuse ou d’un chalumeau, je peux vous délivrer un certificat médical pour la pratique… »

C’est encore une plaisanterie – décidément, il fait des efforts, le sociopathe. Il laisse d’ailleurs flotter sur ses lèvres fines habituellement plissées dans une expression sévère et sérieuse un sourire de plutôt bon augure ; il a décidé qu’Ambre serait sa dernière patiente de la journée, et la perspective de bientôt rentrer chez lui le détend quelque peu. Il écoute la question de la jeune fille, le bout des doigts posé sur les lèvres, puis secoue légèrement la tête, mèches de cheveux raides et un peu trop longues soulignant le mouvement.

« Je suis étudiant en seconde année de médecine, en fait… »

Et le regard qu’il coule à Ambre est très clair : « j’ai pas le droit d’exercer ici, oui, mais je suis compétent alors il ne faut rien dire, petite fille ». Ce n’est absolument pas méprisant d’ailleurs, comme genre de regard, ça correspond plutôt à celui d’un aîné qui consent à partager son secret. D’habitude, il est pourtant assez peu doué en relations sociales, il ne pense pas vraiment à mettre à l’aise ses interlocuteurs, mais il semblerait que ça aille mieux avec Ambre qu’avec les autres. En tous cas, le moment lui semble venir de lui parler de tous les Ansel qui entrent dans sa vie ces derniers temps :

« Mais au fait, je crois qu’il y a quelqu’un de ta famille dans mon amphi… Je sais plus son prénom par contre. Et je connais aussi une autre Ansel, qui s’appelle Rachel, je lui donne des cours de soutien en maths surtout, à la fac… »

Il est passé assez naturellement au tutoiement vu l'âge de la fille qui lui fait face. Les yeux bleus gris sont posés sur Ambre, avec une expression calme et détendue ; ça fait du bien des fois, de se poser pour soutenir une conversation policée et sans but.
avatar
Yukimura Sôma
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~

Masculin
Nombre de messages : 177
Âge [rp] : 21
In love? [rp] : Saleté de macaque !
Étude|métier [rp] : Etudiant - 2nde année de médecine
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Invité le Dim 30 Déc 2007, 3:15 am

( Huuuuuuuuuuuh, sorry moi aussi TT_TT )

Se tenant tranquillement assise sur la table d'examination, la demoiselle se tenait toujours l'estomac, tentant d'étouffer tout autres bruits qui tenteraient de se faire entendre de la part de son estomac. Bon sa va, il pouvait arrêter maintenant, elle savait qu'elle avait faim. Mais bon, elle aimait également discuter avec les gens et ce Yukimura, comme elle continuait de se répéter, semblait asser sympathique.
Un petit rire vibra au fond de sa gorge devant la nouvelle blague du jeune homme.

" Ne vous inquiètez pas, je ne compte pas m'approcher d'un tel instrument avant un bon moment. "

Et c'était bien vrai. Non mais, une fois suffisait. Maintenant, il fallait faire face à la colère d'Adam lorsqu'il découvrirait sa maladresse. Elle savait parfaitement qu'il s'inquiètait facilement lorsque son nom apparaissait dans un quelconque petite incident. Non mais, elle n'était pas sans défence non plus. Mais bon, si elle pouvait cacher son bandage jusqu'à ce qu'elle guérisse, peut-être y échapperait-elle.

Et alors qu'elle avait la réponse à sa question, la demoiselle comprit immédiatement le sous-entendus. Elle aquiesca silencieusement, sachant qu'elle devait se taire à ce propos. De toute manière, si elle en parlait avec Adam, par exemple, sa lui causerait sans doute une crise cardiaque, mais s'il ne lui avait que bandé une blessure et non opérer à coeur ouvert.

Elle l'écouta de nouveau lorsqu'il débuta un sujet sur sa famille. Elle ne pouvait pas vraiment savoir qui était avec lui dans son amphi comme il disait, elle n'avait jamais entendu l'un de ses cousins parler de lui. Et en ce qui concerne Rachel, l'adolescente semble chercher à éviter la vierge et ce n'est pas elle qui va s'imposer.

" Ah bon ? Rachel à des difficultées à math. . . "

Reformula-t-elle, plus à elle-même par contre. Elle ne pouvait pas le savoir, Rachel ne lui parlait jamais et c'était dommage, elle qui voudrait vraiment pouvoir la comprendre et discuter avec elle, de tout et de rien, comme elle faisait en ce moment avec le jeune homme.

" C'est étrange de savoir que vous connaissez deux de mes cousins, mais bon, nous sommes une grande famille aussi. . . Mais changeons de sujet si vous voulez bien.

Lui demanda-t-elle avec un sourire. Parler de sa famille n'avait jamais été un réel plaisir pour la demoiselle.

" Avez-vous. . . toujours désirez d'être médecin ? "

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Yukimura Sôma le Sam 19 Jan 2008, 4:45 am

[ HJ : Encore une fois, désolé... Je suis un très mauvais compagnon de rp ! /HJ ]

Ambre amuse légèrement Yukimura, pas méchamment d’ailleurs, c’est très soft. Elle est mignonne, marrante, il l’aime bien en fait. Ca reste toujours assez froid et assez maladroit, parce que c’est Yukimura dont il s’agit, c’pas n’importe qui, pas quelqu’un de super sociable et super aimable. Mais discuter ainsi avec la jeune fille, de tout et de rien et de choses au final pas très intéressantes – il est pratiquement sûr que Julian ne l’a jamais repéré dans l’amphi, lui – il s’en fiche pas mal. La fatigue de la journée pèse sur son corps, et il trouve ça agréable de se poser quelques minutes avec une voix féminine qui lui bourdonne pas loin des oreilles et à laquelle il faut répondre de temps en temps. Il appuie son dos contre le mur, sans prendre pour autant une position affalée – Yukimura se tient bien sauf blessure mortelle, sachez-le.

« Hum mouais, je suis pas sûr que ton cousin voit qui je suis. »

Il esquisse une légère grimace involontaire. Cette réplique ne fait que pointer la vacuité de la conversation, et ce n’était pas ce qu’il voulait dans le cas présent. Il passe une main dans ses cheveux – en se faisant la réflexion qu’ils sont jolis, mais trop longs – ne rajoutant rien. S’il essaie de rattraper son impair, le dialogue va encore empirer, il le sait. Quand il essaie de sauver une situation, Yukimura ne fait que l’enfoncer, c’est une règle générale, alors il a appris à se taire et à subir ses bêtises. Il se mordille les lèvres, jetant un coup d’œil vers Ambre alors qu’elle répète tout bas quelque chose sur Rachel et les maths. Serait-il possible qu’il côtoie plus sa cousine qu’Ambre elle-même ? Et puis finalement, est-ce que ce serait aussi étonnant ? … Lui-même serait bien infoutu de dire si Namie ou Sasuke sont forts en maths ou pas. Déjà qu’il ne sait même pas en quelle classe ils sont, il n’a vraiment pas de leçon à donner aux autres. Oui, il veut bien changer de sujet, c’est vrai que la famille c’est pas tellement la joie. Il la laisse faire repartir la conversation, et rabaisse ses cils sur ses yeux. Finalement, le sujet va pas tellement changer tiens.
Et puis elle pose d’excellentes questions cette gamine, c’est limite flippant ça. Il se redresse un peu, semblant réfléchir à ce qu’il va dire – il ne veut pas se laisser prendre de court.

« Euh… J’me suis jamais trop posé la question, alors j’imagine que oui. »

Pas exactement convaincu, le maudit du cheval, mais il n’a pas l’air trop malheureux non plus. Il pose sur la jeune fille son regard gris bleu, jetant un coup d’œil à sa montre.

« Tes parents vont pas s’inquiéter, si tu restes autant de temps aux urgences ? »

Encore une fois, c’est maladroit. On dirait qu’il veut la foutre dehors – alors que ce n’est pas du tout son intention. J’vous jure, c’est dur d’être un sociopathe parfois…
avatar
Yukimura Sôma
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~

Masculin
Nombre de messages : 177
Âge [rp] : 21
In love? [rp] : Saleté de macaque !
Étude|métier [rp] : Etudiant - 2nde année de médecine
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Invité le Mer 23 Jan 2008, 6:31 am

[Mais voyons, tes post te font amplement pardonné ^^]

Ah bon. Elle se demandait bien de quel cousin il pouvait bien s’agir. Enfin, elle pourrait toujours demander, quoique faire le questionnaire à tous les membres de sa famille au manoir n’était pas très apprécier comme suggestion. Posant son regard sur le jeune médecin, ou plutôt étudiant en médecine, Ambre ne rate pas sa légère grimace. Une signification particulière ? Peut-être que Yukimura n’aimait pas le fait d’être un inconnu sans nom aux yeux de son cousin, elle n’en savait point. Il faut dire que pour elle, la conversation était légère, sans aucune demande particulière. Parler de tout et n’importe quoi finalement.

Pourtant, la jeune femme se permit de garder le silence un moment, avant de lui poser la question sur le fait de devenir médecin. Attendant patiemment la réponse, il faut dire que celle-ci la surprit un peu. Enfin, pour elle, choisir ce que l’on veut faire dans la vie était un sujet sérieux et capital. Jamais elle ne s’embarquerait dans telles ou telles études si elle n’était pas sûre que c’était vraiment ce qu’elle voulait faire. Elle voyait mal comment les gens pouvaient se lancer dans des carrières comme médecin s’il ne s’était jamais demander ce qu’ils voulaient faire dans la vie ou s’ils n’étaient pas certains de leur choix. Mais bon, c’est elle et lui c’est Yukimura, elle devait également respecter ses choix.

Dût à cette réponse, la demoiselle prit le temps de le regarder curieusement, se demandant de nouveau comment il faisait pour rester dans un métier qu’il n’était pas certain d’apprécier. Par contre, lorsque le brun lui posa à son tour une question, la demoiselle ne se gêna pas pour montrer sa surprise. Il faut dire que d’une certaine manière, on pourrait croire qu’il lui demandait, sans trop de subtilités, de bien dégager et de rentrer chez elle. Ambre parut soudainement gênée, croyant d’abord qu’elle avait prit trop de son temps. Après tout, il était peut-être fatigué, mais se forçait à lui tenir compagnie pour une raison quelconque. Mais ensuite, la jeune femme laissa un sourire orner ses lèvres. Il ne semblait pas très doué pour communiquer avec les gens, pour converser si vous aimez mieux. Mais si il voulait vraiment qu’elle s’en aille, il n’avait qu’à le lui dire clairement et là, elle partirait avec politesse.

" Je ne crois pas non. Ma mère m’a simplement déposé ici, elle devait terminer ses travaux chez elle. "

On pouvait donc supposer que la demoiselle n’habitait pas avec elle, ce qui était le cas.

" Dit- se risqua-t-elle à le tutoyer- tu ne trouves pas que l’hôpital est un peu lugubre ? Si tu veux, on pourrait se promener ! Ou bien manger !. . . Oh ! Mais, je ne veux pas te forcer non plus. Si c’était vraiment une manière de me faire savoir que je devais y aller tout à l’heure, je peux m’en aller. Je ne veux pas te déranger.


[ Pitit post .____. ]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Yukimura Sôma le Mer 28 Mai 2008, 7:32 am

Si Yukimura – et Yukimura n’hallucinait jamais, c’était bien connu, hormis cette malencontreuse fois où il avait passé un tout petit peu trop de temps sur ses cours, et où il avait littéralement pété un câble, mais ça, ça comptait – donc s’il n’hallucinait pas, une adolescente était en train de lui proposer de sortir manger avec elle.
Aussitôt les yeux bleus gris méfiants se posèrent sur elle. Il n’avait pas envie de se retrouver avec une énième admiratrice juvénile – parce qu’il attirait le genre sans trop savoir pourquoi.
Non mais non. Ambre semblait être une jeune fille raisonnable – autant qu’une jeune fille pouvait l’être, quoi – et il décida que se risquer à accepter la proposition ne le mettrait pas dans une situation difficile à gérer. Par le fait, ça ne le tuerait pas non plus.
Et puis de toute façon, il avait besoin de nicotine, alors en sortant, il pourrait en passant se fumer une petite cigarette. Bon y’avait manifestement plus d’avantages que d’inconvénients à accepter la proposition d’Ambre, alors il laissa un léger sourire détendre ses lèvres :

« C’est pas une mauvaise idée. »

Ouais bon, il cache son enthousiasme, on va dire. C’est Yukimura, quoi. Avant de partir, il faut qu’il range sa blouse et récupère son blouson, ce qu’il fait rapidement avec grand-soin ; une blouse froissée, c’est un vrai désastre selon ses appréciations personnelles, donc il faut bien la ranger. Par le fait.
Cinq minutes plus tard, il referme son blouson – un trench que ça s’appelle dans les maisons des grands couturiers, et va chercher celui d’Ambre pour lui donner :

« Tiens. »

Une fois dehors, il sort de sa poche une cigarette, la fiche entre ses lèvres avec une expression satisfaite – sainte-Nicotine mère de tous les vices – et l’allume avec une très grande concentration. Une fois la première bouffée inspirée, il en revint à sa blessée, avec un léger sourire. Léger léger le sourire, hein.

« Tu as des idées où aller ? »

Et puis finalement, lui-même en a – après tout, on est sur son territoire, là – et il l’emmène dans son restaurant préféré près de l’hôpital. Même que ça fait bizarre d’être accompagné, parce que d’habitude, il y va plutôt seul – ou alors avec les autres internes, mais eux, ils terminent tellement bourrés que ça compte pas.
Pourquoi les gens qui font médecine picolent autant, hein ? Suivraient-ils par hasard le cursus uniquement pour boire ? …
Yukimura s’assied donc en face de la jeune fille, et s’empare de la carte avec un air concentré, pinçant les lèvres. Il croise ses chevilles l’une sur l’autre, sous sa chaise, et fronce des sourcils avec un air très concentré.
Question existentielle : pommes de terre sautées, ou carottes ?
Tiens, il va s’en remettre au choix de sa convive, sûr qu’elle aura un avis sur l’épineuse question qui préoccupe le bel étudiant en médecine :

« Alors, qu’est-ce que tu veux manger ? »

En passant, on espère que maman Ansel ne se demandera pas où est passée sa fille. Pas sûr qu’elle apprécie qu’elle soit allée manger au restau avec l’interne qui l’a soigné. Pas sûr du tout !

HJ : J'ai honte de mon retard u_u /HJ
avatar
Yukimura Sôma
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~
Maudit par le cheval - Mon petit poney, emmène moi dans ton pays magique ! ~

Masculin
Nombre de messages : 177
Âge [rp] : 21
In love? [rp] : Saleté de macaque !
Étude|métier [rp] : Etudiant - 2nde année de médecine
Date d'inscription : 23/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comment se blesser avec une sableuse : leçon 1 ( Yukimura )

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum